Stéphanie Frappart aux commandes de la Supercoupe d’Europe entre Liverpool et Chelsea

Istanbul (© 2019 Afriquinfos)- Après avoir été la première femme arbitre à diriger un match de Ligue 2 puis de Ligue 1, Stéphanie Frappart sera à nouveau au-devant de la scène en étant aux commandes de la Supercoupe d’Europe qui opposera ce mercredi Liverpool et Chelsea.

L’arbitre française entre un peu plus dans l’histoire de sa profession. Stephanie Frappart monte en gamme et sera l’arbitre principale du match de Supercoupe d’Europe qui mettra aux prises le mercredi 14 août à Istanbul, le vainqueur de la Champion League, Liverpool et celui de la Ligue Europa, Chelsea. « L’UEFA a décidé d’innover », a précisé l’instance du football européen au moment d’expliquer ce choix. « Cela fait plusieurs années déjà que Stéphanie Frappart prouve qu’elle est l’une des meilleures femmes arbitres non seulement sur la scène européenne mais aussi à l’échelle mondiale », a expliqué Roberto Rosetti, responsable en chef de l’arbitrage de l’UEFA. « Elle est capable de diriger des rencontres de très haut niveau, comme elle l’a prouvé lors de la finale de la Coupe du monde féminine cette année. J’espère que ce match à Istanbul lui apportera encore plus d’expérience, alors qu’elle est au sommet de sa carrière arbitrale. » Stéphanie Frappart sera assistée de deux autres femmes, sa compatriote Manuela Nicolosi et l’Irlandaise Michelle O’Neill. Le quatrième arbitre officiel sera un homme, le Turc Cuneyt Cakir.

Cette ascension et cette reconnaissance mondiales, le sifflet de 35 ans n’a pas volé. L’arbitrage de ce match de Supercoupe d’Europe est une consécration pour Stéphanie Frappart qui arpente les pelouses de National, Ligue 2 et Ligue 1 depuis plusieurs années. La Native de Val-d’Oise, réputée pour son exigence et sa discrétion, franchit donc un cap, après être devenue la première femme à diriger un match de Ligue 1, en avril dernier (Amiens-Strasbourg puis Nice-Nantes) après avoir officié durant cinq saisons en deuxième division.

Elle-même ancienne footballeuse, elle a dû se battre pour s’imposer se faire une place dans un domaine dominé par les hommes.  « L’un de mes rôles, c’est aussi de susciter des vocations en donnant envie aux filles de commencer l’arbitrage. Je le prends à cœur parce que je me dis que j’ai entrouvert des portes », déclare-t-elle à chacune de ses interventions.

S.B.