PORTRAIT

Egypte : Les Tahrir Bodyguards, super-héros des temps modernes

TAHRIR (© 2013 Afriquinfos) – Depuis le Printemps Arabe, une nouvelle montée de violence est née : les femmes sont victimes de plus en plus d’agressions sexuelles lors de rassemblements. La Place Tahrir est devenue la place du crime.
Mardi 26 février 2013 | 10:17 UTC
Egypte : Les Tahrir Bodyguards, super-héros des temps modernes

© Twitter. Les Tahrir Bodyguards

L’organisation est née d’un constat, voire même d’une nécessité. Les Tahrir bodyguards sont des groupes principalement composé d’hommes qui souhaitent protéger les femmes lors de manifestations mais aussi pour qu’elles apprennent à se protéger.

En effet, dès qu’il y a un rassemblement, une révolution, ou une manifestation place Tahrir, c’est la porte ouverte aux viols à répétitions. Des groupes d’hommes encerclent des femmes, les jettent violemment au sol, déchirent leurs vêtements et à plusieurs, ils l’agressent sexuellement. De nombreux témoignages ont été recueillis : les femmes sont impuissantes face à ces actes car elles ne sont pas protégées, personne ne peut contrer la force de ces hommes.

Les Tahrir Bodyguards ou encore les « OpAntiSH » (Operation Anti-Sexual Harassment Group), sont présents à chaque manifestation en tenue voyante : casque de chantier et gilet jaune fluorescent, l’idée et de décourager les agresseurs, protéger les femmes et se faire remarquer des victimes. Lorsqu’ils ne sont pas dans les rassemblements, ils sont dans des salles de sports destinées aux femmes : des cours gratuits de self-défense sont donnés afin de donner confiance aux femmes face à une situation d’agression. Les femmes doivent être protégées non seulement place Tahrir mais aussi dans la vie de tous les jours.

D’autres organisations voient le jour face à la multiplication des violences envers les femmes, ensemble, elles essayent de faire évoluer les mœurs et la condition féminine en Egypte qui tend à se dégrader de jour en jour.

Pour en savoir plus sur cette organisation de protection aux femmes, consultez leur twitter

Commentaires