MEDIA

Congo : Trois journaux privés suspendus pour une durée de neuf mois pour la diffamation

BRAZZAVILLE (Xinhua) - Trois journaux privés congolais, à savoir "Le Glaive", "La Voix du Peuple" et "Sel- Piment", viennent d'être suspendus de la publication pour une durée de neuf mois pour la diffamation et la publication des articles mensongers et séditieux, la propagation de fausses nouvelles et la manipulation de l'opinion.
Jeudi 14 novembre 2013 | 02:02 UTC

Cette suspension a été prononcée mercredi à Brazzaville par le Conseil supérieur de la liberté de communication (CSLC), organe de régulation de la liberté de presse au Congo.

Selon un compte-rendu publié à l'issue de la réunion ordinaire du Collège des membres du CSLC, il est reproché au journal "Sel- Piment" "l'injure à l'endroit du corps de la Police nationale, la diffamation, la manipulation de l'opinion, la publication des informations mensongères et accusations sans preuve".

Ce journal avait publié dans sa livraison du n°43 du 6 au 13 novembre 2013, un article intitulé "Voici comment la Police nationale tue les Congolais".

Le journal "La Voix du Peuple" est sanctionné pour "la récidive, l'injure à l'endroit du corps de l'armée, l'atteinte à la dignité humaine et la manipulation de l'opinion". Il avait publié des articlés titrés "Crise aux frontières congolaises, les FAC, une coquille bien vide".

Le journal "Le Glaive", quant à lui, est suspendu pour son article "Sassou ne contrôle plus rien ; Un cancre à la direction du Port Autonome de Pointe-Noire" paru dans son édition n°402 du 30 avril 2013.

En outre, le Conseil a, au cours de cette réunion ordinaire, adopté le projet de décision portant modification de certaines dispositions d'une décision fixant les frais et taxes en matière d' établissement et d'exploitation des services de communication audiovisuelle privés.

Créé en 2003, le CSLC est une autorité administrative dont l'objet est de garantir l'exercice de la liberté d'information et de communication au Congo. Il compte 11 membres et est géré par un bureau de trois personnes, rappelle-t-on.

Commentaires