MEURTRE

Côte d'Ivoire : Un boutiquier sénégalais tué d'une rafale de kalachnikov à Yamoussoukro

YAMOUSSOUKRO (Xinhua) - Des quidams ont attaqué, vendredi au petit matin, une boutique au quartier "Dioulabougou" de Yamoussoukro, tuant un boutiquier sénégalais à coups de rafale de kalachnikov, a-t-on appris du boutiquier rescapé de l'attaque.
Vendredi 25 janvier 2013 | 16:12 UTC

Les faits se sont passés au sous quartier de Dioulabougou dénommé "Etage Gongomin". Selon Abdoulaye Niang (Sénégalais originaire de Podor, 32 ans), propriétaire de la boutique où le drame s'est déroulé, les deux malfrats portaient chacun une kalachnikov.

"Il était 4h40. Je n'avais pas encore ouvert, mais j'étais réveillé. Ils sont arrivés et ont cassé la lampe néon devant la boutique et ont brisé la porte", a-t-il dit.

Une fois à l'intérieur de la boutique, les deux malfrats lui demandent de leur remettre au moins 200.000 FCFA. "Je leur présente 15 000 FCFA, ma recette de la nuit, au lieu de 200 000 FCFA. Mais insatisfaits, ils décident de fouiller de fond en comble ma boutique, prenant soin de me jeter dehors sans ménagement. Puis l'un d'eux m'a fait coucher à terre et me tenait en respect quand son acolyte mettait ma boutique sens dessus dessous à la recherche de l'argent que j'aurais pu dissimuler", relate l'infortuné boutiquier.

"C'est un voisin qui a assisté à la scène qui a alerté mon jeune frère, Amadou Alassane, qui a accouru, muni d'une machette. Il tient sa propre boutique. Je ne pouvais le dissuader d'intervenir à cause de l'arme pointée sur moi. Il a foncé directement dans la boutique dont la porte était largement ouverte, et a été accueilli immédiatement par une rafale de kalachnikov qui l'étale dans une mare de sang à l'intérieur de la boutique où il a rendu l'âme. Après leur forfait, ils sont fondus dans la nature", ajoute Abdoulaye Niang.

La police locale alertée a ouvert une enquête.

Commentaires