ECOLOGIE

Le Kenya brûle 5 tonnes d'ivoire de contrebande

TSAVO OUEST (Xinhua) - Le président kényan, Mwai Kibaki, a mis le feu mercredi à cinq tonnes de défenses et d'ivoire transformé saisies en 2002 à Singapour
Jeudi 21 juillet 2011 | 04:19 UTC

"En éliminant l'ivoire de contrebande, nous essayons de montrer avec fermeté au monde notre détermination pour éliminer toutes les formes de commerce illégale en ivoire", a déclaré M. Kibaki, qui a présidé cet événement à Manyani, à environ 500 km au sud-est de Nairobi. "Nous devons tous être conscients des effets négatifs du commerce illégal sur notre économie nationale. Nous ne pouvons pas nous permettre de nous endormir et laisser les réseaux criminels détruire notre avenir commun", a-t-il souligné.

En brûlant cet ivoire, M. Kibaki a déclaré que l'Afrique envoyait un message clair aux braconniers et aux commerçants illégaux de la vie sauvage montrant la détermination collective de la région à lutter contre le crime dans la région et ailleurs.

Le président kényan a déclaré que les ressources de la vie sauvage en Afrique continuent de jouer un rôle important dans le développement socioéconomique, indiquant qu'il était donc impératif que des mesures soient prises pour protéger et développer ces ressources. "J'apprécie que des pays membres de l'Accord de Lusaka aient lancé l'African Elephant Law Enforcement Special Account et mis en place le African Wildlife Enforcement Monitoring System", a-t-il poursuivi.

L'Accord de Lusaka est un Accord intergouvernemental sur les opérations de coopération dirigées vers le commerce illégal de la faune et la flore sauvage qui a établi un organisme permanent connu sous le nom de Lusaka Agreement Task Force (LATF), agence basée à Nairobi pour lutter contre le crime contre la nature.

La mise à feu de l'ivoire de contrebande est le premier exercice régional du genre et le troisième en Afrique après celui du Kenya en 1989 et celui de la Zambie en 1992.

Le gros de l'ivoire de contrebande qui comprenait 335 défenses provenait principalement du Malawi et de Zambie.

Commentaires