MEDIAS

Bénin: un journal interdit "définitivement" de parution et plusieurs autres suspendus

COTONOU (Xinhua) - La Haute autorité de l'audiovisuel et de la communication (HAAC), institution de régulation de la presse au Bénin, a interdit définitivement de parution, jeudi, le quotidien béninois "Le Béninois Libéré", et suspendu huit autres organes de presse pour une période allant de 21 jours à trois semaines.
Vendredi 9 décembre 2011 | 22:13 UTC
Bénin: un journal interdit "définitivement" de parution et plusieurs autres suspendus

© Afriquinfos

C'est la première fois, depuis l'avènement du renouveau démocratique au Bénin en 1990 qu'un journal est définitivement interdit de parution.

Les sanctions ont été infligées aux organes de presse lors des séances d'auditions publiques organisées par l'institution de régulation pour violation de règles d'éthique et de déontologie de la presse béninoise.

Le quotidien "Le Béninois Libéré", qui a déjà été suspendu par le passé, est cette fois interdit définitivement de parution pour avoir écrit un article sur des chefs d'Etats de l'Afrique de l'ouest venus lundi dernier à Cotonou pour participer au sommet du Conseil de l'Entente, organisation de coopération sous-régionale regroupant le Bénin, Burkina FAso, la Côte d'Ivoire, le Niger et le Togo.

L'article est illustré par les photos des cinq chefs d'Etats concernés.

Selon la HAAC, ce titre de l'article incriminé "est d'une gravité particulière et que les expressions employées par le journal sont, non seulement outrageantes, grossières et ordurières à l'égard du Conseil de l'Entente".

"Le quotidien +Le Béninois Libéré+ est formellement interdit de parution en République du Bénin", indique la décision de la HAAC qui interdit également au promoteur du journal à son directeur de publication en exercice, "jusqu'à nouvel ordre, de la profession de journaliste au Bénin et la création d'un organe de presse".

Huit autres organes de presse ont écopé 21 à 30 jours de suspension pour violation de règles déontologique. Ils sont condamnés à présenter des excuses aux plaignants.

Une émission très suivie sur une radio de proximité, dans la capitale économique du Bénin, Cotonou, est également suspendue.

Les associations de journalistes ont exprimé, vendredi, leurs inquiétudes suite à la décision d'interdiction définitive de parution du quotidien, "Le Béninois Libéré", décision considérée comme "un précédent gravissime".

Aux termes de la constitution du Bénin, la HAAC est chargée de la protection et de la promotion de la presse. Elle assure également l'accès équitable des citoyens aux médias du service public.

Commentaires