Zimbabwe : une femme nommée juge responsable de la lutte contre la corruption

Harare (© 2019 Afriquinfos)- La Commission anti-corruption du Zimbabwe (ZACC) a désormais à sa tête une femme, Loice Matanda-Moyo. Elle a été nommée par le président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa.

Juge à la Haute Cour du Zimbabwe, Mme Matanda-Moyo, est l’épouse du ministre des Affaires étrangères et du Commerce international, Sibusiso Moyo. Elle a déclaré qu’elle lutterait contre la corruption aussi vigoureusement que possible.

« La corruption est un vice qui doit être combattu avec acharnement et je lutterai contre la corruption », a-t-elle souligné.

« Mon message aux personnes corrompues, c’est d’arrêter immédiatement la corruption », a-t-elle déclaré à l’agence de presse officielle New Ziana, après avoir prêté le serment d’entrée en fonction et de loyauté.

Organe constitutionnel, la ZACC a des fonctions centrées sur la lutte contre la corruption et sur l’encouragement de la transparence, de l’honnêteté et de la discipline financière dans les secteurs public et privé.

L’ancienne ZACC, présidée par Job Whabira, a été dissoute en février après que M. Mnangagwa a estimé que celle-ci ne s’était pas correctement acquittée de son mandat.

D’autres membres de la commission seront nommés peu de temps après les entretiens publics qui seront menés par le Parlement dans un proche avenir.

Depuis son accession au pouvoir en 2017, M. Mnangagwa a qualifié la corruption d’un des principaux ennemis du pays.

Xavier-Gilles CARDOZZO

Laisser un commentaire