Un appel de soutien lancé en faveur du bassin du lac Tchad

Un appel de soutien lancé en faveur du bassin du lac Tchad

Ndjamena (© 2019 Afriquinfos) – Lors d’une visite ce samedi à Bol, le chef-lieu de la province du Lac, secouée par la crise humanitaire et l’insécurité, la présidente de la 73ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies a appelé lundi la communauté internationale, à soutenir les efforts du Système des Nations Unies et du Tchad dans la capitale tchadienne.

« L’un des objectifs de ma visite est d’aider à sensibiliser davantage la communauté internationale à l’importance de la mise en œuvre des engagements pris pour soutenir les réponses aux problèmes touchant le bassin du lac Tchad, ainsi qu’aux efforts et contributions du Tchad pour promouvoir le développement durable, la paix et la sécurité dans la région », a expliqué Mme Espinosa Garcés à la presse.

Les Nations Unies ont indiqué qu’au Tchad plus de 600.000 personnes ont été déplacées et ont besoin de solutions durables, y compris leur intégration socio-économique dans les communautés d’accueil. Selon la même source toujours, Près d’un tiers de la population tchadienne, plus de 4,3 millions de personnes, a un besoin urgent d’aide humanitaire en raison de l’insécurité alimentaire, de la malnutrition et des urgences sanitaires dans le pays.

L’envoyée des Nations Unies a reconnu et salué la « générosité » du gouvernement et du peuple du Tchad. « Le Tchad a beaucoup de besoins, mais en dépit de ceux-ci, il a quand même ouvert les bras aux gens en détresse. Le Système des Nations Unies est prêt à être à la hauteur des nécessités de ce pays », a-t-elle ajouté.

L’ancienne ministre équatorienne des Affaires étrangères a pendant son séjour de soixante-douze heures, eu des entretiens avec le chef de la diplomatie tchadienne, Mahamat Zène Chérif, puis avec le président Idriss Déby Itno pour renforcer des relations bilatérales entre l’ONU et le Tchad.

Elle a également rencontré les responsables des collectifs des femmes et des jeunes tchadiens, avec qui elle a échangé sur des problèmes relatifs aux domaines socio-économiques.

Il faut souligner que Bol, le chef-lieu de la province du Lac, secouée par la crise humanitaire et l’insécurité symbolisée par les attaques récurrentes de la secte terroriste Boko Haram.

Xavier-Gilles CAROZZO

Laisser un commentaire