Locales du 30 juin au Togo : Les populations toujours dans l’attente des résultats

Locales du 30 juin au Togo : Les populations toujours dans l’attente des résultats

Lomé (© 2019 Afriquinfos)- Quatre jours après le déroulement des premières élections municipales au Togo depuis 1987, les Togolais sont toujours dans l’attente des résultats. Plus de 3,4 millions d’électeurs togolais étaient appelés à voter dimanche dernier dans le cadre des premières élections municipales depuis 32 ans. Le scrutin boycotté par un seul important parti de l’opposition (PNP) a été marqué par une faible participation dans la capitale. Les taux d’abstention se situaient en moyenne autour des 75%.

 

Le décompte avait commencé dimanche soir, cependant aucune date n’a été communiquée pour l’instant pour l’annonce des résultats. 

1.527 conseillers municipaux devaient être élus dans 117 communes pour un mandat de 6 ans, renouvelable deux fois, parmi les 569 listes de partis politiques et d’indépendants retenues par la Cour Suprême pour se présenter à ces élections municipales, les premières depuis 1987.

« La participation est faible à Lomé (capitale traditionnellement acquise à l’opposition, ndlr), parce que certains jeunes de l’opposition ne sont pas sortis, ils ne savent pas pour qui voter, les leaders étant divisés », a estimé Évariste Gangigla, responsable d’un bureau de vote de Lomé, au micro de l’AFP.

Dimanche dernier, le président Faure Gnassingbé avait « exhorté les Togolais à participer massivement aux locales, pour un choix libre », soulignant que ces élections marquaient « une avancée majeure dans l’enracinement de la démocratie ». Le vote s’est déroulé dans le calme, sans incident majeur, mais sans grand engouement, a pu constater un journaliste de l’AFP. Les mairies togolaises sont actuellement dirigées par des présidents de Délégation spéciale, nommés par le président de la République.

 A l’exception notable du Parti national panafricain (PNP), important parti dont le bastion se trouve dans le centre-nord du pays, tous les principaux partis politiques de l’opposition ont pris part à ces élections. Le PNP, dont le leader Tikpi Atchadam vit en exil, exige la libération de ses militants détenus, dont trois responsables écroués depuis mi-avril 2019, à la suite de manifestations contre le pouvoir, non autorisées.

 

Innocente Nice avec AFP

Laisser un commentaire