Showbiz : Bientôt 60 ans de carrière, 85 bougies soufflées par Manu Dibango

PARIS (© 2018 Afriquinfos) – Emmanuel Ndjoke Dibango plus connu sous le nom d’artiste de Manu Dibango a soufflé ce 12 décembre 2018 ses 85 ans. Musicien (saxophoniste), chanteur, auteur-compositeur et icône mondiale du jazz, le célèbre camerounais a célébré cet anniversaire tout en continuant de préparer ses 60 ans de carrière prévus pour 2019.

 

L’auteur-compositeur au crâne rasé, aux éternelles lunettes noires, architecte du tube planétaire «Soul Makossa» (morceau né en 1972), continue de dérouler diverses activités destinées à un public select ou plus large, à la faveur de la prochaine célébration de ses 60 ans de vie musicale bien chargée. Le patriarche musical Manu Dibango (1er artiste africain «Disque d’or» aux USA) a commencé à dérouler l’essentiel de son programme concocté pour ses 60 ans de carrière musicale depuis le 29 juin dernier en Côte d’Ivoire. Une terre qui a une saveur singulière pour ce Franco-camerounais, natif de Douala. C’est à Abidjan que Manu D. a jeté les bases solides de sa carrière planétaire, en y dirigeant l’orchestre de la RTI (médias électroniques officiels) dans les années 70.

Le 08 décembre dernier, Emmanuel Dibango & son orchestre, «Soul Makossa Gang» ont ainsi presté au Café Jazz Montparnasse en France. Le clou de ces 60 ans d’une vie en chansons et en Art est attendu le 17 octobre 2019 au Rex (en région parisienne, en France). Trois rendez-vous sont déjà calés pour les fanatiques de l’artiste pour le premier trimestre 2019, toujours dans l’Hexagone. Le 15 janvier, Manu sera à l’Espace Jean Legendre à Compiègne; le 08 février, il sera à Limoges ; le 16 avril, le célébrissime saxophoniste se déplacera à Sarcelles. Tous les dimanches, sur l’antenne parisienne de la radio panafricaine «Africa Numéro 1», Manu Dibango co-anime l’émission «Maraboutique» avec le Congolais Robert Brazza. Une émission qui revisite l’essence des musiques africaines, en établissant un pont entre les créations musicales contemporaines et celles de précédentes décennies.

 

G. G. E.

Laisser un commentaire