Présidentielle ivoirienne de 2020 : Machine en marche pour un consensus irrévocable autour de la CEI ?

Présidentielle ivoirienne de 2020 : Machine en marche pour un consensus irrévocable autour de la CEI ?

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)-  Avec la signature le mercredi du « Rapport final du dialogue politique » sur la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI), la Côte d’Ivoire s’engage-t-il dans un tournant décisif devant conduire à des élections justes, transparentes et crédibles », selon le Premier Ministre, Amadou Gon Coulibaly.

Depuis le 21 janvier 2019 et 12 réunions plus tard, le gouvernement, la société civile et les partis de l’opposition sans le PDCI (Parti démocratique de Côte d’Ivoire) et Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS) sont parvenus à transmettre un rapport final au Chef de l’Etat, Alassane Ouattara. Le document contient des « points d’accords » mais aussi des « points de divergence ». Il revient désormais au « Chef de l’Etat et au gouvernement qui aviseront pour trouver une synthèse de toutes les contradictions de ces accords afin de doter la CEI d’un cadre juridique », informe le PM Ivoirien. Amadou Gon Coulibaly.

Au niveau des accords obtenus, les groupements politiques et les organisations de la société civile ont adopté « les retraits du représentant de l’Assemblée nationale, du représentant du ministère de l’économie et des finances, des confessions religieuses et le maintien d’un représentant du Barreau ». Les partis politiques, eux, se sont accordés sur « la voix délibérative à tous les membres de la CEI ». S’agissant des points de divergence, les participants au dialogue politique ne sont pas accordés sur la représentation du Président de la République et du ministère en charge de l’intérieur, l’entité en charge de la désignation du représentant des magistrats, l’attribution du poste de la présidence de la CEI, des divergences dans l’interprétation de la notion d’équilibre évoquée par la Cour africaine et des divergences dans l’octroi de voix délibératives ou consultatives.

Malgré tout, Amadou Gon Coulibaly soutient que la signature dudit document conduira irréversiblement à des élections justes, transparentes et crédibles », afin que « le spectre des élections ne puisse pas rimer avec crise ».

Dans la foulée de la signature « rapport final du dialogue politique » sur la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI), lereprésentant spécial du secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest, Mohamed Ibn Chambas a rencontré le président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié. Leurs échanges ont tourné de la nécessité de tenir des élections pacifique, libre et transparente. « Il est important que tous les acteurs soient associés à l’effort de consolidation de la paix et de la démocratie afin de permettre au peuple ivoirien de vivre ensemble en paix et dans la prospérité », a déclaré l’émissaire de l’ONU qui avait également eu un tête-à-tête avec le Chef de l’Etat ivoirien sur les mêmes sujets.

S.B.

Laisser un commentaire