Le Grand Prix 2019 du Festival de Cannes propulse Mati Diop dans une autre dimension au Sénégal

Cannes (© 2019 Afriquinfos)- Le Grand Prix du Festival de Cinéma de Cannes a été remporté par le long métrage «Atlantique» de la réalisatrice Franco-sénégalaise, Mati Diop, tandis que la Palme d’Or du festival est revenue au Coréen, Bong Joon-ho pour son film «Parasite». Cette distinction de Mati Diop ouvre ainsi une nouvelle page au cinéma sénégalais…. 

 

Cannes a parlé wolof ce samedi 25 mai avec le sacre du long métrage ‘Atlantique’ réalisé par la Franco-sénégalaise, Mati Diop, qui était à sa première participation au Festival de Cannes et d’ailleurs était la révélation majeure de la 72e édition de ce Festival. 

La réalisatrice Franco-sénégalaise a reçu ce prix décerné au film ayant «manifesté le plus d’originalité ou d’esprit de recherche». «C’est la grande aventure du cinéma. Je suis ici et en même temps au Sénégal. J’ai hâte que vous découvriez ce film», a déclaré Mati Diop à la soirée de clôture du plus médiatisé Festival du monde.

Fille du musicien Wasis Diop et nièce du cinéaste sénégalais Djibril Diop Mambety, Mati Diop est née à Paris en 1982. En 2013, Mati Diop avait déjà remporté le Grand Prix du Festival international du documentaire de Marseille, pour son œuvre «Mille Soleils».

Coproduit par «Les Films du Bal» (France) et la société de production CINEKAP du producteur Oumar Sall, avec l’appui du Fonds de promotion de l’industrie cinématographique et audiovisuelle (Fopica) de l’Etat du Sénégal, «Atlantique» retrace les méfaits de l’émigration. D’une durée de 104 minutes, il a été tourné dans la banlieue dakaroise, plus précisément à Thiaroye . Cette production s’attarde sur les drames collectifs de l’immigration clandestine, les périls de la migration avec de «jeunes gens épuisés par la misère qui prennent la mer, des jeunes filles qui cherchent, au pays, des moyens pour faire mieux que survivre».

«Atlantique» est le premier film sénégalais en compétition à Cannes depuis «Hyènes» de Djibril Diop Mambety, depuis 1992.

V. A.

Laisser un commentaire