Les Nations Unies lancent de nouveau un appel à l’aide pour les pays  victimes du cyclone Idai

Les Nations Unies lancent de nouveau un appel à l’aide pour les pays victimes du cyclone Idai

New
York (© 2019 Afriquinfos) – Ce mardi, les Nations Unies ont encore lancé un
appel à l’aide à la communauté internationale à faire preuve de solidarité face
à l’impact dévastateur du cyclone Idai au Mozambique, au Zimbabwe et au Malawi,
en finançant la réponse humanitaire d’urgence.

Selon
M. Guterres, le patron de l’Onu, Idai a été l’une des « pires catastrophes
météorologiques de l’histoire de l’Afrique », reflétant « les dangers
du changement climatique ».

« Nous
avons tous vu les images déchirantes : des eaux déchaînées, des gens échoués
sur les toits, des écoles, des hôpitaux et des maisons en ruines, une ville
entière -Beira- pratiquement rasée et d’énormes étendues de terres agricoles
-le grenier à blé du Mozambique- inondées à la veille de la prochaine
récolte », a-t-il déploré lors d’un point de presse au siège de l’ONU à New
York.

« Dans
des conditions extrêmement difficiles, nous avons largué des kits d’urgence
contenant de la nourriture, des médicaments, du matériel pour purifier l’eau et
des abris pour les communautés qui sont toujours bloquées par les crues. Nous
avons apporté une aide alimentaire à 100.000 personnes et nous sommes en train
de passer à une plus grande échelle pour en atteindre beaucoup plus », a
précisé M. Guterres.

« J’appelle
la communauté internationale à financer ces appels rapidement et intégralement
afin que les agences humanitaires puissent accélérer leur réponse aussi
rapidement que possible », a demandé le secrétaire général.

Pour
M. Guterres, le cyclone Idai constitue « une autre sonnette d’alarme au
sujet des dangers du changement climatique », qui risquent de frapper plus
fortement les pays plus vulnérables comme le Mozambique si des mesures urgentes
ne sont pas prises par les nations du monde entier.

« Nous
devons relancer l’action climatique », a exhorté M. Guterres, rappelant
qu’il avait convoqué un sommet sur l’action pour le climat en septembre de
cette année. Ce dernier aura notamment comme objectif d’essayer de mobiliser
les pays autour de la nécessité urgente de réduire le réchauffement climatique
à moins de deux degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels,
conformément à l’Accord de Paris de 2015.

Pour
rappel, au total,  700 personnes sont
mortes dans ce cyclone et des centaines sont toujours portées disparues. Trois
millions de personnes ont été affectées, dont les deux tiers au Mozambique. Au
moins un million d’enfants ont besoin d’une aide urgente.

Xavier-Gilles CARDOZZO

Laisser un commentaire