Les entreprises chinoises présentes en Afrique bénéficieraient de la mise en oeuvre de la ZLECA (expert économique)

Le Caire (© 2019 Afriquinfos)- D’après Waleed Gab-Allah, professeur de droit économique et financier à l’université du Caire, la création de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) revêt une importance capitale pour les entreprises chinoises installées en Afrique, et plus particulièrement en Egypte.

 

« Les entreprises chinoises, notamment celles qui opèrent dans la Zone économique du canal de Suez, bénéficieront sans aucun doute de l’entrée en vigueur de la ZLECA dans quelques jours », a indiqué l’expert en économie.

L’accord qui regroupe 55 pays sous l’égide de l’Union africaine, vise à supprimer les droits de douane et à créer un marché commun africain d’ici 2022, a expliqué M. Gab-Allah. Il a dans ses propos indiqué que le développeur chinois responsable de la Zone de développement économique et technologique de Tianjin (TEDA) est par ailleurs en train de développer une nouvelle zone de 7,23 km2 au sein de la Zone économique du canal de Suez (SC-Zone) dans le district d’Ain Sokhna, dans la province de Suez, à l’est de la capitale égyptienne.

Ce chantier constitue un bon exemple du genre de méga-projets que la Chine pourrait essayer de commercialiser en Afrique par l’intermédiaire de la ZLECA, a-t-il expliqué. « L’accord de libre-échange africain incitera en outre davantage d’entreprises chinoises à venir travailler et investir dans la zone économique égyptienne, afin de bénéficier des tarifs réduits sur l’utilisation du canal de Suez comme point de passage pour se rendre en Afrique », a-t-il déclaré. L’accord contribuera également au développement des infrastructures, à la mobilité des personnes et à une meilleure circulation des compétences techniques en matière d’énergie et de technologies de l’information et de la communication, des compétences cruciales pour le développement durable de l’Afrique, a indiqué M. Gab-Allah.

M. Gab-Allah, qui est également membre de l’Association égyptienne pour l’économie politique, a souligné que le renforcement des échanges commerciaux entre les pays africains serait profitable aux projets à long terme de la Chine en Afrique. Le Premier ministre égyptien Mostafa Madbouli a pour sa part déclaré que le président Abdel Fattah al-Sissi allait donner la priorité au développement de la ZLECA au cours de son exercice de la présidence tournante de l’Union africaine.

L’accord portant création de la ZLECA a pour but d’éliminer les obstacles tarifaires et non tarifaires au commerce des biens et des services entre les pays membres, afin de faire baisser les prix et de parvenir à un développement durable sur le continent, a rappelé M. Madbouli.

 

Xavier-Gilles CAROZZO

Laisser un commentaire