Le président de l’UA encourage les Etats africains à accroître leurs efforts pour la mise en place la zone de libre-échange continentale

Le président de l’UA encourage les Etats africains à accroître leurs efforts pour la mise en place la zone de libre-échange continentale

Addis-Abeba (© 2019 Afriquinfos)- Lors de la 34e session ordinaire du Conseil exécutif de l’UA, qui se tient les 7 et 8 février au siège de l’Union africaine (UA), à Addis-Abeba, le président de la Commission de l’institution panafricaine, Moussa Faki Mahamat, a appelé les pays membres de l’UA à fournir plus d’efforts pour la mise en place de la Zone de libre-échange continentale (ZLEC) en Afrique.

« Les progrès de la ZLEC en Afrique sont très encourageants, et au rythme où vont actuellement les ratifications, on peut espérer une entrée en vigueur de l’accord dans les semaines à venir », a déclaré le président de l’UA en marge de la 32e session ordinaire de l’Assemblée des chefs d’Etat et de gouvernement du groupement.

« J’espère que les six pays qui n’ont pas encore signé cet accord le feront dès que possible, et que ceux qui l’ont déjà signé mèneront rapidement à bien le processus de ratification », a ajouté M. Faki.

La ZLEC, qui est considérée comme une initiative phare de l’Afrique pour remédier à la faible intégration économique actuelle du continent, est en train de monter en puissance sous l’égide de la Commission de l’UA et de la Commission économique pour l’Afrique (CEA) des Nations unies.

L’Ethiopie a ratifié l’accord la semaine dernière, rejoignant le nombre croissant de pays africains ayant réaffirmé leur engagement en faveur de cet accord de libre-échange.

Au total, 49 des 55 pays membres de l’UA ont signé l’accord portant création de la ZLEC, et 13 d’entre eux ont ratifié l’accord, selon les chiffres de l’UA.

Il faut un total de 22 ratifications est nécessaire pour que la ZLEC puisse entrer en vigueur, mais douze autres pays membres de l’UA sont d’ores et déjà en passe d’obtenir une ratification de l’accord par leur parlement, a précisé l’UA.

Pour M. Faki, « atteindre les objectifs de la zone de libre-échange suppose également que nous progressions rapidement vers la mise en place du marché unique du transport aérien en Afrique, du protocole sur la libre circulation des personnes et du passeport africain », a-t-il précisé.

Xavier-Gilles CRDOZZO

Laisser un commentaire