Le Kenya partant pour abriter le Secrétariat de la ZLEC

Nairobi (© 2019 Afriquinfos) Les autorités kenyanes ont officialisé ce jeudi leur volonté d’abriter le Secrétariat de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). Nairobi devra batailler avec d’autres poids lourds du continent qui ont également manifesté leur intérêt.

La Zone de libre-échange continentale Africaine (ZLEC) entrera en vigueur le 30 mai prochain. Quarante-neuf pays ont déjà signé le Traité l’instituant. La ZLEC vise à créer un marché continental unique pour les biens et les services, avec la libre circulation des personnes et des investissements. Elle prépare la voie à l’accélération de l’établissement d’une union douanière, d’une union monétaire et d’un marché commun continentaux.

Avant d’en arriver là, c’est le choix du Secrétariat de la ZLEC qui met aux prises certains pays. Certains pays ont déjà manifesté leur intérêt. Ce jeudi, c’est le Kenya qui vient de s’ajouter à la liste. Un souhait motivé pour les autorités kényanes par leur ambition « de renforcer non seulement le rôle du Kenya comme pays pilote au niveau du commerce et du multilatéralisme, mais donnerait également à l’Afrique le meilleur lieu et la meilleure opportunité de développer pleinement le potentiel du libre-échange et son secrétariat, non seulement pour le Kenya mais au bénéfice de tous les Africains ».

Mais Nairobi devra batailler avec d’autres capitales désireuses elles aussi, d’abriter le Secrétariat.  Le Ghana, l’Egypte, le Sénégal, l’Eswatini et l’Ethiopie avaient déjà introduit leurs candidatures.

S.B.

Laisser un commentaire