Le groupe sud-africain, le Soweto gospel choir remporte son troisième Grammy

Le groupe sud-africain, le Soweto gospel choir remporte son troisième Grammy

Hollywood (© 2019 Afriquinfos)-Le groupe Soweto Gospel Choir a désormais sa place dans l’histoire de la musique.  Le groupe vient de remporter encore un Grammy, a annoncé Quand Questlove, du groupe américain The Roots.

Il s’agit du troisième Grammy remporté par le groupe de gospel sud-africain en 17 ans d’existence. Il s’ajoute à une longue liste de distinctions, dont un Emmy.

« Il bégayait presque », bredouillant « et le vainqueur est Fr- Fr- Freedom, Sss- Soweto Gospel Choir » et alors « nous nous sommes levés d’un bond ! », raconte le chef de choeur Shimmy Jiyane, en pouffant au souvenir du moment où leur album « Freedom » a remporté le Grammy du meilleur album de musique du monde, début février à Los Angeles.

Leur compilation de 12 titres en l’honneur du héros de la lutte contre l’apartheid Nelson Mandela dépasse les critères élevés fixés par le premier album du groupe, « Voices From Heaven », qui s’était classé numéro un au hitparade de World Music (musique du monde) du magazine Billboard.

Une grande partie de la musique du Soweto Gospel Choir est composée et arrangée dans des langues sud-africaines, y compris le zoulou, le xhosa et même l’afrikaans, et pourtant il a conquis un large public à l’étranger.

« Quand nous chantons, c’est comme si les gens nous comprenaient, c’est de la musique, c’est universel, c’est spirituel et c’est une musique qui a le pouvoir de revigorer », souligne le directeur musical Diniloxolo Ndlakuse, vêtu d’un flamboyant costume traditionnel.

« Freedom », sorti pour marquer le centenaire de la naissance de Mandela en 2018, donne aux chansons de lutte une touche de modernité.

Ce genre musical est enraciné dans le passé de l’Afrique du Sud, dans l’époque où la majorité noire subissait la domination de la minorité blanche sous le régime de l’apartheid.

« C’est d’une certaine façon l’histoire de ce qu’il s’est passé à cette époque », explique à l’AFP le chanteur Mulalo Mulovhedzi. L’album s’inspire « des combattants de la liberté de 1976, car il est basé sur la liberté ». « L’idée était que nous devons retourner à Soweto, où la liberté a commencé ».

Le township de Soweto, à une quinzaine de kilomètres de Johannesburg, est un des endroits où les Noirs ont été relégués sous le régime ségrégationniste et le foyer du groupe depuis sa fondation en 2002.

Composé de 52 membres, le Soweto Gospel Choir, s’est produit dans des lieux prestigieux comme le Carnegie Hall, l’Opéra de Sydney et le Royal Festival Hall à Londres.

Innocente Nice

Laisser un commentaire