La French African Foundation en quête de « Young Leaders » pour redéfinir les relations entre la France et l’Afrique

Paris (© 2019 Afriquinfos)- La French African Foundation a lancé un appel à candidatures pour dénicher de nouveaux talents, des « Young leaders » qui définiront désormais la nouvelle dynamique des relations entre l’Afrique et la France.

Portée par de jeunes africains et français ayant montré leur capacité à être des leaders incontestés dans leurs domaines, la French African Foundation se veut un creuset où se retrouveront, les meilleures têtes pensantes du continent africain et de l’Hexagone. Eux, ce sont, entre autres,  le  français Alexandre, fondateur et PDG du groupe Baobab +, entrepreneur social dans les domaines de l’éducation, de la
finance digitale, de l’accès à l’énergie, Yvonne Mburu, 37 ans, Kényane, scientifique, membre du Conseil présidentiel pour l’Afrique, fondatrice et directrice générale de Nexakili, réseau mondial de professionnels africains de la santé, de scientifiques, d’ingénieurs et de technologues, Khaled Igué, 36 ans, Béninois, désigné Young Global Leader par le World Economic Forum of Davos (2018), fondateur et président du think tank Club 2030 Afrique pour un développement économique et social durable des pays africains. Des modèles de réussite issus des deux bords et qui ambitionnent de détecter et de former une nouvelle génération de jeunes leaders.

Un appel à candidatures a été lancé à cet et a déjà recueilli plus de 1500 dossiers, mais ils seront seulement une trentaine d’ « élus ». Ces Young Leaders doivent être issus de plusieurs écosystèmes, économiques, politiques, universitaires, sociaux et culturels et bénéficieront de mentorat, de formation, de networking et le must, ils seront  les invités privilégiés de deux rencontres d’envergure : l’un pendant l’été à Paris, en France, l’autre en automne à Accra, au Ghana. Et pour cause : la sélection des French African Young Leaders est placée sous le double haut patronage du président français, M. Emmanuel Macron, et du président ghanéen, M. Nana Akufo-Addo.

La mission de ces jeunes talents sera alors d’impacter positivement sur les relations France-Afrique. De travailler à surmonter les incompréhensions et les préjugés qui rendent difficiles les échanges entre les deux parties. Ils devront aussi avoir la capacité de rassembler en un lieu des décideurs, des personnes engagées, qu’elles soient du monde académique, scientifique, économique, culturel, militaire ou du monde politique pour émettre des idées et influer sur les décisions qui concernent la jeunesse.

S.B.

Laisser un commentaire