La Franco-Marocaine Rachida Dati investie par Les Républicains pour les municipales de 2020

La Franco-Marocaine Rachida Dati investie par Les Républicains pour les municipales de 2020

Paris (© 2019 Afriquinfos)- Rachida Dati a été désignée mercredi, candidate LR à la Mairie de Paris. L’ancienne ministre et actuelle maire du 7ème arrondissement, sous le coup d’une information judiciaire et ne faisant pas l’unanimité au sein même de son parti, ne compte pas lâcher et annonce qu’elle ira jusqu’au bout.

Vingt-quatre heures après l’annonce de sa candidature, Rachida Dati doit déjà se défendre des accusations dont elle fait l’objet. Une enquête pour « abus de biens sociaux » et « corruption » a été ouverte sur des prestations et conseil conclues par la femme politique notamment avec une filiale de Renault-Nissan. Elle a été déclenchée par une plainte déposée le 17 avril par une actionnaire de Renault. Une manœuvre politique dénonce, Mme Dati qui affiche sa détermination à aller jusqu’au bout de sa candidature. « Ces manœuvres, j’en ai subi beaucoup, mais encore une fois, j’irai jusqu’au bout et je découvrirai qui est derrière », a-t-elle déclaré.  

L’actuelle Maire du 7ème arrondissement aura fort à faire dans la course à la Mairie de Paris. Des solides inimités dans son propre aux nombreux ex-LR qu’elle affrontera en passant par ses déboires judiciaires, l’ancienne ministre de la Justice sous Nicolas Sarkozy, sait que ses chances de gagner sont minces   

Rachida Dati, qui fêtera bientôt ses 54 ans, est née en Saône-et-Loire (Bourgogne), dans un milieu modeste. Elle a passé son enfance à Chalon-sur-Saône, entourée de ses onze frères et sœurs ainsi que de ses parents, venus du Maroc et d’Algérie. Elle y obtient son bac en 1983, avant de commencer des études de médecine, finalement avortées.  C’est en 2002 qu’elle s’engage en politique, auprès de Nicolas Sarkozy (alors ministre de l’Intérieur), en devenant conseillère sur le projet de loi concernant la « prévention de la délinquance ». Il l’emmène ensuite avec lui en 2004 lorsqu’il est nommé ministre de l’Economie, puisqu’elle intègre son cabinet en tant que conseillère technique. Lorsque Nicolas Sarkozy est désigné candidat à la présidentielle de 2007, il la nomme – en duo avec Xavier Bertrand – porte-parole de sa campagne. L’élection remportée, elle devient ministre de la Justice. Un poste de Garde des Sceaux qu’elle occupe pendant deux ans, jusqu’en juin 2009.

S.B.

Laisser un commentaire