Grâce Mugabe de nouveau poursuivie par une ex-servante du couple présidentiel

Grâce Mugabe de nouveau poursuivie par une ex-servante du couple présidentiel

Harare (© 2019 Afriquinfos)- Déjà poursuivie en Afrique du Sud pour agression, Grace Mugabe 53 ans, l’épouse de l’ex-président zimbabwéen Robert Mugabe, est de nouveau visée par une nouvelle plainte dans son pays. Cette fois-ci, il s’agit d’une plainte d’une ancienne employée qui l’accuse de l’avoir frappée. L’affaire remonte à mars 2017, quelques mois avant la fin du règne de M. Mugabe au Zimbabwe.

Shupikai Chiroodza, qui travaillait au service du couple présidentiel dans sa résidence privée, affirme avoir été agressée violemment par l’ex-Première dame.

Selon la déclaration déposée par la plaignante devant un tribunal de la capitale Harare, Grace Mugabe l’aurait battue en exigeant qu’elle rende une somme d’argent que lui aurait prétendument offerte par le chef de l’Etat pour son mariage.

« Elle a commencé à me frapper avec ses poings en criant +tu te prends pour qui ? Tu pompes mon mari derrière mon dos ! «, Témoigne-t-elle dans sa plainte. « J’étais terrifiée. Elle a enlevé sa chaussure et à continuer à me frapper jusqu’à ce que je saigne du front, de la bouche et du nez. Ça a duré vingt minutes », ensuite, la domestique a été licenciée au mois de mai suivant.

L’avocat de Shupikai Chiroodza a indiqué mardi que sa plainte avait été déposée pour « licenciement abusif ». « Nous espérons obtenir un accord amiable », a précisé Me David Coltart.

Grace Mugabe, n’en est pas à sa première incartade. Elle fait l’objet depuis la fin de l’année dernière d’un mandat d’arrêt pour « coups et blessures graves » délivré par la justice sud-africaine après l’agression en 2017 d’une jeune femme dans un hôtel de luxe de Johannesburg.

Souvent épinglée pour son goût pour les vêtements de luxe, les voyages et son implication supposée dans des scandales de corruption, « Gucci Grace », ainsi qu’elle était surnommée, a ensuite affiché des ambitions politiques en se présentant comme une dauphine potentielle de son époux.

Sur son insistance, le vice-président de l’époque Emmerson Mnangagwa a été limogé. Ce qui a provoqué le coup de force de l’armée fatal à son chef de l’Etat de mari fin 2017. Depuis, M. Mnangagwa a succédé à Robert Mugabe à la tête du Zimbabwe.

Vignikpo Akpéné

Laisser un commentaire