Gabon : des militaires prennent le contrôle de la Radio nationale et annoncent un « Conseil national de restauration »

Gabon : des militaires prennent le contrôle de la Radio nationale et annoncent un « Conseil national de restauration »


Libreville (© 2019 Afriquinfos)- Situation confuse ce lundi matin au Gabon après que des militaires aient dès les premières lueurs du jour, pris le contrôle de la Radio Nationale et annoncé la mise en place d’un « Conseil National de la restauration ». Tout porte à croire qu’il s’agit d’une tentative de coup d’Etat alors que le Président Ali Bongo poursuit sa convalescence au Maroc.   

Des militaires se réclamant du Mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité du Gabon (MPJFDS), ont appelé tôt ce matin leurs collègues à prendre le contrôle des points névralgiques du pays (des moyens de transport, des réserves de munitions, des aéroports). Via un communiqué lu à la Radio Nationale par un lieutenant de la Garde républicaine, le lieutenant Ondo Obiang Kelly, les militaires putschistes ont annoncé la mise en place d’un « Conseil national de la Restauration » et invité à cet effet certaines personnalités à se rendre au siège de l’Assemblée Nationale. Au nombre de ceux-ci avec lesquelles doit avoir lieu une concertation, un ancien commandant de la Garde républicaine, le président actuel du Sénat, de certains syndicalistes, des membres de la société civile, et même du clergé.

Dans le message lu, les militaires motivent leur action par leur déceptions suite au contenu du Discours à la Nation depuis Rabat du président Ali Bongo qui y est en convalescence après son accident cérébral vasculaire à Riyad. Cette adresse loin de clore le débat sur son état de santé « a plutôt renforcé les doutes sur sa capacité à assumer les responsabilités de sa charge » et montré au grand jour « un spectacle désolant de conservation acharnée du pouvoir ».   

Pour l’heure, le signal de la radio nationale est coupé et personne ne saurait exactement dire quelle est la situation à Libreville. Depuis fin octobre et son AVC en terre saoudienne, Ali Bongo réélu en 2016 pour un second mandat, n’a pas encore rallié son pays.

S.B.

Laisser un commentaire