Elections de 2020 au Faso: L’ONU rappelle «des défis à relever», crise en interne au CDP

Elections de 2020 au Faso: L’ONU rappelle «des défis à relever», crise en interne au CDP

Ouagadougou (© 2019 Afriquinfos) – «Il y a des défis assez importants à relever» pour les échéances électorales de 2020 au Burkina Faso. Ces défis sont liés à la situation sécuritaire, au financement et à la participation des Burkinabè de l’extérieur au processus électoral. Il s’agit d’un appel lancé par les Nations Unies, au moment où le CDP (ex parti au pouvoir) traverse depuis quelques semaines une crise interne entre partisans d’Eddie Komboïgo et ceux de Kadré Désiré Ouédraogo. Un différend à propos du nombre des membres du Bureau politique du parti de l’ex Président Compaoré.

 

«Il y a des défis assez importants à relever pour pouvoir arriver aux élections (ndlr 2020) et la disposition des Nations-Unies  est d’accompagner, de faire la coordination des contributions», a signifié le conseiller électoral au siège de l’ONU, Akinyemi Adegbola qui était en visite au Burkina Faso ce mardi 2 juillet. Il a également affirmé la disponibilité des partenaires à accompagner le Burkina Faso dans ce processus de 2020 avec des moyens techniques et financiers pour relever les défis auxquels il fait face», a rassuré ce diplomate onusien. Au cours de sa visite, M.  Adegbola a indiqué avoir échangé avec plusieurs acteurs, notamment les diplomates, les acteurs politiques, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), le Conseil constitutionnel, la société civile.

Pour sa part, la représentante de l’ONU au Faso, Metsi Makhetha, a rappelé que la mission dirigée par Akinyemi Adegbola est présente au Burkina à la demande du gouvernement afin d’évaluer «ce qu’il  faut pour qu’il puisse commencer à se préparer pour les échéances électorales».

Le CDP se prépare….

Le président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), Eddie Komboïgo, est vivement contesté en interne.  «Le moment venu, le CDP choisira démocratiquement son candidat et l’accompagnera jusqu’au succès en 2020», a expliqué M. Komboïgo. En février dernier, Kadré Désiré Ouédraogo avait déjà annoncé sa candidature pour la présidentielle en 2020, mais Eddie Komboïgo a affirmé qu’il appartient au parti de choisir son représentant au moment opportun. Lors d’une Assemblée générale dimanche dernier, les femmes du CDP, conduites par Catherine Ouédraogo, ont réaffirmé leur soutien à Eddie Komboïgo.

«Eddie Komboïgo est issu d’un congrès et démocratiquement élu (en mai 2018), ce qui est une première. Il doit mener le parti à bon port […] Donc, jusqu’à preuve du contraire, nous sommes derrière Eddie Komboïgo, et si après, le congrès qui va investir le candidat, que ce soit Eddie Komboïgo ou Catherine Ouédraogo, ou quelqu’un d’autre, ça sera cette personne que nous allons soutenir», a ajouté la responsable en charge de la mobilisation des femmes du CDP. En relançant son Haut conseil le 5 janvier dernier, le CDP marque une nouvelle étape dans sa préparation pour la présidentielle de 2020.

Affaibli par la chute de Blaise Compaoré, suite à l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 au Burkina Faso, le CDP s’est reconstruit peu à peu et occupe désormais une place importante au sein de l’opposition politique. L’objectif pour les cadres de cette formation est de revenir aux affaires. Et cela passe par la reconquête du pouvoir lors de la présidentielle de 2020.

 

Innocente Nice avec APA

Laisser un commentaire