Disparition des conteneurs de kévazingo : Ali Bongo veut sévir à tous les niveaux

Libreville (© 2019 Afriquinfos)- La disparition de centaines de conteneurs de bois précieux, le kévazingo, a mis en colère les plus hautes autorités du pays. Ali Bongo veut que toutes les personnes impliquées dans ce méfait soient identifiées et sévèrement punies.

Essence protégée, le kévazingo est interdit d’exploitation au Gabon. Pourtant au début de l’année, une grande quantité de ce bois précieux avait été découvert au port d’Owendo, principal port du pays dans un site d’entreposage appartenant à des sociétés chinoises. Pour ne rien arranger, la cargaison de plusieurs centaines de conteneur, près de 5000 mètres cube, a ensuite disparue. 353 conteneurs tout simpplement volatilisés.

Un scandale qui a fait bondir au plus haut sommet de l’Etat. Ali Bongo ne décolère pas et exige que les auteurs de ce vol soient retrouvés et soumis à la rigueur de la loi. Il ne doit y avoir ni faiblesse, ni impunité, ni passe-droit, quel que soit le rang des personnes concernées, des individus impliqués », a rappelé lundi la présidence dans un communiqué. Une présidence qui ne compte pas s’arrêter là puisque le Chef de l’Etat en faut une affaire personnelle. Si des têtes sont déjà tombées, notamment celles du responsable du Ministère des Eaux et Forêts au port d’Owendo et des membres de son équipe, Ali Bongo souhaite que des sanctions exemplaires soient prononcées à l’encontre de toute personne, quelle qu’elle soit, si son implication est avérée dans ce vaste réseau de contrebande.

Le communiqué de la Présidence Gabonaise martèle en effet que « le président prendra toutes les mesures qui s’imposent, sur le plan administratif comme politique. Si des responsables, quels qu’ils soient, où qu’ils soient, ont failli, ils seront durement sanctionnés. Notre bras ne tremblera pas. La corruption n’a pas sa place au Gabon ». Le préjudice dans cette affaire que les médias locaux ont vite fait de dénommer « kévazingogate», porte sur plusieurs millions d’euros.

Boniface T.

Laisser un commentaire