Des festivités organisées pour les 50 ans du 1er décollage des astronautes d’Apollo 11

Des festivités organisées pour les 50 ans du 1er décollage des astronautes d’Apollo 11

Etats-Unis (© 2019 Afriquinfos)- 16 juillet 1969-16 juillet 2019, il y a 50 ans jour pour jour que les trois astronautes américains de la mission Apollo 11, Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins, qui allaient marquer l’Histoire et changer la vision qu’a l’humanité de sa place dans l’univers, décollaient pour la Lune, depuis la Floride.

 

L’équipage avait mis quatre jours pour atteindre la Lune. Le module lunaire, Eagle, avec Armstrong et Aldrin à bord, a aluni le 20 juillet 1969 à 20H17 GMT, et Armstrong en est sorti quelques heures plus tard, posant le pied sur la Lune à 02H56 GMT le 21 juillet 1969 — tard aux Etats-Unis, et en pleine nuit pour l’Europe.

« Nous, l’équipage, nous sentions le poids du monde entier sur nos épaules, nous savions que nous serions regardés par tous, amis comme ennemis », a déclaré mardi Michael Collins, 88 ans, sur le mythique pas de lancement 39A du centre spatial Kennedy pour lancer les festivités.

Le pilote du module de commande était invité par la Nasa, qui organise toute la semaine une série d’événements pour faire revivre cet aller-retour historique.

Mais ces festivités teintées de nostalgie révèlent une cruelle réalité: les Etats-Unis, ni aucun autre pays, n’ont jamais renvoyé d’humains sur la Lune depuis 1972, date de la dernière mission Apollo. Seuls des robots y sont retournés.

Les présidents Bush père, en 1989, et fils, en 2004, avaient bien promis que les Américains y retourneraient, avant d’aller marcher sur Mars… Mais à chaque fois, les discours se sont heurtés à un Congrès et une opinion publique peu enclins à engloutir les mêmes fortunes que dans les années 1960.

L’actuel président Donald Trump a relancé la conquête de la Lune (et de Mars), en 2017. Mais l’effet immédiat de cette injonction a été de créer de fortes turbulences au sein de l’agence spatiale.

 

Xavier-Gilles CARDOZZO

Laisser un commentaire