Des avocats de victimes du crash d’Ethiopian veulent des documents sur le Boeing 737 MAX

Des avocats de victimes du crash d’Ethiopian veulent des documents sur le Boeing 737 MAX

Etats-Unis (© 2019 Afriquinfos)- Les 157 passagers et membres d’équipage d’Ethiopian ont péri dans l’accident du vol 302. L’avionneur fait face à 97 plaintes, les victimes étant des ressortissants de plus d’une trentaine de pays.

Des familles de victimes de l’accident du vol 302 d’Ethiopian Airlines demandent à Boeing de leur fournir des documents sur la décision de ne pas clouer au sol les 737 MAX. Les plaignants, qui réclament des centaines de millions de dollars à Boeing, affirment que le système de contrôle de vol de Boeing avait un défaut de conception, ce que rejette l’avionneur.

Des familles de victimes de l’accident du vol 302 d’Ethiopian Airlines demandent à Boeing et au régulateur aérien américain de leur fournir des documents sur la décision de ne pas clouer au sol les 737 MAX après une première tragédie survenue cinq mois plus tôt.

L’accident du vol 610 de Lion Air, survenu le 29 octobre 2018, avait entraîné la mort de 189 personnes. Les 157 passagers et membres d’équipage d’Ethiopian ont aussi péri. « Les décisions de laisser ces avions continuer à voler sont la clé », a affirmé mardi Robert Clifford, dont le cabinet d’avocats basé à Chicago représente des familles de victimes d’Ethiopian Airlines.

« Boeing doit fournir les documents liés à la conception et au développement du 737 MAX, particulièrement sur ce qu’il savait après l’accident de Lion Air du 29 octobre en mer de Java et sur celui d’Ethiopian le 10 mars, cinq mois plus tard », a demandé le conseil dans un communiqué.

97 plaintes

L’avionneur fait face à 97 plaintes, les victimes étant des ressortissants de plus d’une trentaine de pays. Les plaignants, qui réclament des centaines de millions de dollars à Boeing, affirment que le système de contrôle de vol de Boeing avait un défaut de conception, ce que rejette l’avionneur.

Boeing et la FAA sont la cible de critiques depuis plus de six mois, des observateurs leur reprochant d’entretenir des liens jugés trop étroits. La FAA a par exemple confié à l’avionneur la certification d’une grande partie du 737 MAX, dont le MCAS, ont dit par le passé à l’AFP des sources proches du dossier.

Un panel de régulateurs internationaux, mis en place par la FAA, devrait remettre dans les prochaines semaines un rapport très critique sur les relations entre Boeing et l’autorité, a dit lundi à l’AFP une source proche du dossier.

Le constructeur aéronautique a présenté ses condoléances et ses excuses aux familles et a mis en place un fonds abondé à hauteur de 100 millions de dollars pour les indemniser.

Laisser un commentaire