Culture : la camerounaise Aissa Doumara Ngatansou lauréate du  prix Simone Veil

Culture : la camerounaise Aissa Doumara Ngatansou lauréate du prix Simone Veil

Paris (© 2019 Afriquinfos) – Le président français Emmanuel Macron a remis vendredi le premier « Prix Simone Veil » à la camerounaise Aissa Doumara Ngatansou, militante contre les violences faites aux femmes qui gère une association d’aide aux victimes de viols et de mariages forcés dans son pays.

« Je viens d’une contrée où le non-respect des droits des femmes ou sa méconnaissance amène les femmes à vivre des discriminations », des viols, les mariages forcés ou encore l' »utilisation des femmes comme bombes humaines », a déclaré Aissa Doumara Ngatansou en recevant ce prix « au nom d’une illustre dame ».

Remis à l’occasion de la 42ème Journée internationale des droits des femmes, il a été créé en hommage à l’ancienne ministre française Simone Veil, grande figure européenne et rescapée d’Auschwitz, décédée en 2017, et qui a préparé puis défendu avec succès à l’Assemblée nationale la loi de 1975 sur la légalisation de l’avortement en France.

S’exprimant devant un grand portrait en noir et blanc de Mme Veil, Aissa Doumara Ngatansou a dédié ce prix « à toutes les femmes victimes de violences et de mariages forcés, à toutes les rescapées de Boko Haram », le groupe jihadiste actif au Nigeria et dans les zones frontalières.

M. Macron a salué l' »engagement de plus de 20 ans au service des femmes, mené dans le silence, parfois l’opprobre », d’Aissa Doumara Ngatansou. « Vous vous êtes indignée et vous n’avez pas cédé (…) C’est un exemple de courage, celui de remettre en cause le poids des héritages », a-t-il ajouté.

Le président a annoncé que la France allait consacrer 120 millions d’euros à un fonds pour soutenir « la lutte contre les violences et les discriminations faites aux femmes » dans le monde. Il a aussi souhaité que 2019 soit « une année utile pour les droits des femmes » à l’occasion de la présidence du G7 par la France.

« Beaucoup de femmes sont en première ligne dans ce combat mais c’est la société tout entière qui doit se mobiliser, y compris les hommes », a souhaité M. Macron en remettant le prix.

Xavier-Gilles CARDOZZO

Laisser un commentaire