Après l’immolation d’une supportrice iranienne, la FIFA relance le débat sur l’accès des femmes au stade

Après l’immolation d’une supportrice iranienne, la FIFA relance le débat sur l’accès des femmes au stade

Téhéran (© 2019 Afriquinfos)- Une délégation de la FIFA fera dans quelques jours le déplacement de Téhéran. Au menu des échanges avec les autorités iraniennes, la question de l’interdiction de l’accès des femmes au stade de football.

Si le sujet revient au-devant de la scène, c’est dû au drame qui s’est produit la semaine dernière devant un tribunal de la capitale iranienne. Une jeune femme s’est immolée devant la justice et a, quelques jours plus tard, succombé de ses blessures. Sahar Khodayari, supportrice de l’Esteghlal FC avait été arrêtée l’année dernière dans un stade de football, déguisée en homme. Amateur de football, elle était prête à tout pour suivre son équipe favorite. C’est alors qu’elle a entendu dire qu’elle risquait d’être condamnée à six mois de prison qu’elle a commis son geste désespéré. En Iran, les femmes sont bannies des stades depuis la Révolution islamique de 1979. Les responsables religieux arguant que les femmes doivent être protégées de « l’atmosphère masculine » et de la « vue d’hommes à moitié dévêtus »

La FIFA rencontrera donc les autorités iraniennes pour échanger sur la possibilité d’assouplir cette loi. En juin dernier déjà, dans un courrier adressé à la Fédération Iranienne de Football, Gianni Infantino pressait le pays de garantir l’accès des femmes au stade de football pour les matches de qualifications de la Coupe du monde 2022. Le président de la FIFA souhaite que des mesures concrètes soient prises à cet effet. Mais à Téhéran, les voix peinent à s’accorder. Si l’actuel présidentun conservateur modéré, a dit à plusieurs reprises sa volonté de voir les femmes accéder aux stades, le Procureur Général du pays, pour sa part estime que la présence des femmes dans les stades pourrait conduire au « péché ».

S.B.

Laisser un commentaire