Après leur 4ème sacre mondial, la Team USA sera-t-elle reçue à la Maison Blanche ?

Après leur 4ème sacre mondial, la Team USA sera-t-elle reçue à la Maison Blanche ?

Washington (© 2019 Afriquinfos)- Outre l’historique sacre de la sélection américaine, la passe d’armes entre le Président des Etats-Unis, Donald Trump et l’une des joueuses emblématiques de la Team USA, Megan Rapinoe, a été l’un des évènements marquants de la compétition disputée en France. Une quatrième couronne sur la tête, les Reines du football féminin, seront-elles d’abord invitées à la Maison Blanche ? Et y répondront-elles favorablement ?

Entre le n°1 du pays de l’Oncle SAM et la Team USA ce n’est pas le grand amour. Donald Trump n’a pas pourtant pas manqué de féliciter les championnes du monde après leur victoire finale face aux Pays-Bas, synonyme d’un deuxième titre d’affilée et d’un 4ème sacre mondial. Via un tweet, le président américain s’est fendu d’un « Félicitations à l’équipe féminine américaine pour sa victoire ». Puis de conclure : « L’Amérique est fière de vous toutes ! ».

Un message qui dénote de l’ambiance qui régnait il y avait quelques jours entre Donald Trump et le leader et capitaine de la sélection américaine, Megan Rapinoe. Vexé que cette dernière ait annoncé qu’en cas de victoire elle ne se rendrait pas à la « putain de Maison Blanche », Trump lui avait sèchement répondu que « Megan devrait d’abord gagner avant de parler ! ». C’est désormais chose faite pour la joueuse qui a d’ailleurs scoré en finale et qui a justifié sa déclaration par le fait qu’elle ne voulait pas faire « semblant et passer du temps avec un Président qui est contre tout ce que je défends, et tant de choses que je suis ». Rapinoe est gay et ardente défenseuse de la cause LGBT. Elle milite également pour l’égalité de traitement salarial entre les footballeurs et footballeuses. Des sujets sur lesquels, la championne du monde et le président américain, ne sont sur la même longueur d’onde.  Megan Rapinoe a d’ailleurs maintenu qu’elle ne se rendrait pas à la Maison Blanche. Le boycott sera suivi par au moins une autre joueuse de la Team USA, Ali Krieger. Reste à savoir si le reste de la sélection américaine sera solidaire avec son capitaine en cas d’invitation officielle de Donald Trump.

S.B.

Laisser un commentaire