Algérie: Des dissensions au sein du parti de Bouteflika à l’approche de la Conférence nationale

Algérie: Des dissensions au sein du parti de Bouteflika à l’approche de la Conférence nationale

Alger (© 2019 Afriquinfos)-En Algérie, le porte-parole du parti présidentiel, Hocine Khaldoun, a indiqué dimanche sur la télévision privée Dzaïr News que la « Conférence nationale »  proposée par Abdelaziz Bouteflika pour réformer l’Algérie avant qu’il transmette le pouvoir « est inutile » et  qu’un nouveau président doit être élu « maintenant ».

Mais de son côté, la direction du Front de libération nationale (FLN) du chef de l’Etat voit les choses de manière différente et se soustrait des propos de son porte-parole. Celle-ci entend renouveler son « attachement à la feuille de route décidée par le président » dont « l’organisation d’une conférence nationale ». A-t-elle fait savoir dans une note. « Le FLN exprime ses positions via des communiqués émanant de sa direction », souligne également l’ancien parti unique, au pouvoir depuis l’indépendance de l’Algérie en 1962, sans faire explicitement référence aux déclarations de Hocine Khaldoun.

Ces deux différentes déclarations viennent confirmer une fois encore les désaccords au sein du régime algérien, confronté depuis un mois à une contestation sans précédent et à des manifestations monstres réclamant le départ immédiat de l’actuel président, de son entourage et du « système » au pouvoir. « En toute franchise, nous allons revoir notre position par rapport à la Conférence (nationale) pour décider si on y participe ou non », a déclaré le porte-parole sur l’antenne de Dzaïr News.

« La Conférence nationale est inutile » car massivement rejetée par l’opposition et le mouvement de contestation, et car la désignation des participants pose problème, a-t-il estimé, proposant « d’élire un président de la République maintenant ».

Abdelaziz Bouteflika 82 ans, est à la tête de l’Algérie depuis 20 ans, a proposé de remettre son pouvoir à un successeur élu lors d’une présidentielle dont la date serait fixée à l’issue d’une « Conférence nationale ouverte à tous ». Ce dernier sera chargé de réformer le pays et d’élaborer une nouvelle Constitution. Une décision prise en vue de  « tenter de calmer la protestation »,  

Il faut souligner que Dzaïr News, est une chaîne d’information du groupe d’Ali Haddad, patron des patrons algériens et proche du chef de l’Etat.

Xavier-Gilles CARDOZZO

Laisser un commentaire