Cyclisme : Joseph Areruya, premier noir africain sur la mythique course du Paris-Roubaix

Cyclisme : Joseph Areruya, premier noir africain sur la mythique course du Paris-Roubaix

Compiègne (© 2019 Afriquinfos)- Son nom fait la Une des journaux spécialisés depuis quelques jours. Le Rwandais Joseph Areruya, 23 ans, sera en avril prochain, le premier noir africain à prendre le départ de « l’enfer du Nord », la célèbre course cycliste Paris-Roubaix.   

Star incontestée de la petite reine sur le continent africain, Joseph Areruya, veut se frotter à l’élite européenne. Au sein de l’équipe Delko-Marseille-Provence, il sera sur le départ de Paris -Roubaix. Ce sera, une première historique pour un coureur d’Afrique noire. Le 14 avril prochain à Compiègne, ville de départ de « La Reine des Classiques », le « Meilleur cycliste africain de l’année 2018 » donnera un coup de pédales qui restera à jamais dans les annales du cyclisme mondial.

Après avoir écumé les titres sur le continent dont les plus récents sont, la Tropicale Amissa Bongo en 2018 et le Tour du Rwanda en 2017, Joseph Areruya veut franchir un palier. Il va pour son baptême de feu se risquer sur les pavés du Paris-Roubaix. Ayant intégré l’équipe professionnelle Delko-Marseille-Provence l’année dernière, le cycliste de 23 ans s’est activement préparé pour sa première dans l’une des courses les plus difficiles du calendrier mondial.  Il a pour cela pris part la semaine dernière à des courses sur pavés en France et en Belgique.

Pour cette première expérience, les ambitions ne sont pas évidemment pas énormes. Pour son entraineur, Andy Flickinger, l’objectif sera déjà de finir la course et si possible « être acteur de la course à un moment donné. » S’il reconnait que l’adaptation en Europe n’est pas aisée pour celui-ci, il croit aux capacités du jeune coureur à réussir des prouesses sur les routes du vieux continent. « En Afrique, il a évolué dans des petits pelotons sur de grandes routes, et c’est plus facile de naviguer. Ici, la marche est plus haute. Joseph a toutes les caractéristiques pour réussir, mais je sais qu’il est loin de chez lui, et que l’adaptation n’est pas aussi simple. Il faut qu’il trouve du plaisir à vivre ici et à s’épanouir à la fois sur le vélo et dans la vie », a confié le Directeur sportif de Delko-Marseille-Provence.

S.B.

Laisser un commentaire