Affaire Caster Semenya-IAAF : l’ONU apporte son soutien à l’athlète sud-africaine

Affaire Caster Semenya-IAAF : l’ONU apporte son soutien à l’athlète sud-africaine

New York (© 2019 Afriquinfos)- Caster Semenya tient le bon bout. Suite à une  une motion qui a été soumise au Conseil des Droits de l’homme des Nations Unies, la Championne olympique du 800 m a reçu un avis plutôt favorable.

Dans son bras de fer avec l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF), l’athlète sud-africaine multimédaillée, vient de marquer un point. Suite à une motion qu’elle a soumis à l’organisme onusien, le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU a déclaré que les « plans visant à classer les athlètes féminines par leurs taux de testostérone contreviennent aux droits internationaux de l’homme ». Il ajoute que cette décision de l’IAAF « est inutile, humiliante et préjudiciable ».

Selon la nouvelle réglementation que veut faire passer l’IAAF, les athlètes féminines ayant un taux élevé de testostérone (hyper androgénie) devront soit concourir avec des hommes ou soit se soumettre à une médication. Cette dernière qui leur sera administrée 6 mois avant chaque compétition devrait permettre de réduire leur taux de testostérone. Pour l’ONU, il est inconcevable que les fédérations sportives développent et essaient d’appliquer des règles qui contraignent les athlètes féminines à se soumettre à une quelconque médication pour participer à des compétitions dédiées à la gente féminine.

Caster Semenya, double championne olympique et triple championne du monde, soutient vouloir justecompétir de la manière dont elle est née. L’affaire a été également portée au niveau du Tribunal Arbitral du Sport (TAS)qui devait rendre son verdict ce 26 mars mais a reporté sa décision au mois d’avril prochain.

Boniface.T.

Laisser un commentaire