Siya Kolisi, premier capitaine noir d’une équipe championne du Monde de Rugby à XV

Pretoria (© 2019 Afriquinfos)- L’Afrique du Sud est à nouveau rentrée dans l’histoire du Rugby à 15 le samedi 02 novembre dernier en remportant son 3ème Mondial face à l’Angleterre. Siya Kolisi,le capitaine des Springboks est lui aussi rentré dans les annales, en devenant le premier rugbyman noir à soulever le trophée de la Coupe du Monde.  

La nation arc-en-ciel était de nouveau une et indivisible le samedi 2 novembre dernier. Tout comme en 1995 et 2007, c’est un peuple à l’unisson qui a célébré le sacre des Springboks. Un titre d’autant plus symbolique que le trophée a été soulevé par le Premier capitaine noir de l’histoire du pays. Siya Kolisi, issu du townshipde Zwide, près de Port Elizabeth (sud), le dit lui-même, alors qu’il regardait la finale de 2007 à la télévision, il n’avait jamais vu autant de gens se rassembler autour du sport. Depuis, il ne rêve que d’une chose, remporter un titre avec les Springboks.

Un rêve devenu réalité samedi dernier et cerise sur le gâteau, il était le capitaine de cette équipe victorieuse. Le gamin des townships repéré dans un tournoi de jeunes avant d’avoir obtenu une bourse au prestigieux lycée Grey High School de Port Elizabeth, devenu en 2018, le premier capitaine noir de l’équipe sud-africaine.

Le colosse de 1, 86 pour 99kg, timide et peu bavard ne se préoccupe pourtant pas de cette symbolique « je suis juste content d’être le capitaine, pour l’immense privilège que cela représente, mais être le premier capitaine noir n’est pas quelque chose auquel je pense. Etre le capitaine des Sprinbgoks est un immense honneur. Je représente toute l’Afrique du Sud », répète-t-il à chaque fois.     

Le coach des Boks, Rassie Erasmus, lui non plus ne s’est pas basé sur le critère racial pour désigner son capitaine. Siya Kolisi est tout simplement l’un des meilleurs spécialistes à son poste et était déjà le capitaine le plus performant en Super Rugby » parmi les provinces sud-africaines. A 28 ans et 50 sélections, Kolisi n’a pas fini d’inspirer et de susciter de l’espoir chez des jeunes de tout un continent.

S.B.  

Laisser un commentaire