Accueil Afrique du Sud Madagascar Madagascar : la SADC exige le retour de Ravalomanana sans condition

Madagascar : la SADC exige le retour de Ravalomanana sans condition

Dans le point numéro 16 du communiqué de la SADC rendu public lundi matin, il est stipulé que "le Sommet a exhorté la Haute Autorité de Transition (HAT) malgache de permettre aux peuples malgaches en exil pour des raisons politiques, pour être autorisés à retourner dans le pays sans condition, y compris Marc Ravalomanana".

Ravalomanana lui-même a annoncé cette information bien avant la sortie du communiqué de la SADC, dimanche soir, lors d' un meeting organisé par les partisans des trois mouvances malgaches où il s' est prononcé par téléphone. "Je peux rentrer à Madagascar sans aucune condition et peux participer à tous les activités politiques du pays", a-t-il annoncé.

A part la décision sur le retour des exilés politiques dans le pays, le Sommet de la SADC qui a noté que le retour du pays à la normalité constitutionnelle est une question d' urgence, a exhorté les dirigeants des mouvances des trois anciens présidents malgaches dont Didier Ratsiraka, Ravalomanana et Zafy Albert, à signer la feuille de route proposée par l' émissaire de la SADC, le Dr Léonardo Simao dès que les modifications nécessaires sont effectuées.

Aucune autre précision n' est pourtant reçue sur les modifications et amendements à l' amélioration de la feuille de route à l' exception du retour des exilés politiques sans condition mais selon le site internet d' Orange dans ses informations en ligne, "Andry Rajoelina reste au pouvoir jusqu' à la présidentielle", le communiqué de la SADC n' indique pourtant pas cette information.

Notons que sur les 11 acteurs politiques dont l' AREMA; ESCOPOL; Les Autres Sensibilités; HPM; MDM; Mouvance Ratsiraka; Mouvance Ravalomanana; Mouvance Zafy; TGV; UAMAD / MONIMA et UDR- C qui ont suivi la réunion de Gaborone, Botswana le 6 et 7 juin dernier, 3 d' entre eux n' ont pas paraphé la feuille de route dont la Mouvance Ratsiraka; la Mouvance Ravalomanana et la Mouvance Zafy.

Il est à rappeler qu' après la proposition de la feuille de route par Simao vers la fin du mois de janvier de cette année, l' ancien président du Mozambique, Joachim Chissano, a également apporté ses modifications à la mi février dernier, pour être paraphée par huit acteurs politiques malgaches à la mi mars.

Le cas de Madagascar a été ensuite discuté lors de la réunion de la Troïka, l' organe de coopération en matière de politique, de défense et de sécurité de la SADC, le 31 mars dernier qui a remis le dossier de Madagascar à sa session extraordinaire de Windhoek, Namibie du 20 mai dernier. Cette session de Windhoek a renvoyé la discussion à Gaborone en vue d' une réunion avec toutes les parties prenantes malgaches du 6 et 7 juin dernier.

Après les amendements et modifications réclamés par les autres mouvances qui n' ont pas paraphé la feuille de route, la dernière session de Sandton était prévue entériner la feuille de route pour la sortie de crise malgache.

Cette feuille de route serait le troisième document de sortie de crise malgache qui a débuté en décembre 2008, après les Accords de Maputo signés le 9 Août 2009 par les quatre personnalités dont le président de la HAT actuel, Andry Rajoelina et les trois anciens présidents malgaches ainsi que l' acte additionnel signé le 7 novembre de la même année.