AIF 2019 : instaurer de la confiance pour attirer les investisseurs en Afrique

Johannesburg (© 2019 Afriquinfos)- L’édition 2 de l’Africa Investissement Forum s’achève ce mercredi à Johannesburg. Comme souhaité par le Président de la BAD, Akinwumi Adesina, de fructueux débats se tiennent afin de booster les investissements en direction du continent. Un panel ayant pour thème « Destination Afrique : s’appuyer sur les investisseurs institutionnels » s’est tenu à cet effet mardi dans la capitale sud-africaine.

Accompagné d’investisseurs africains, européens et américains, le Président de la BAD a animé un panel portant sur « Destination Afrique : s’appuyer sur les investisseurs institutionnels ». Adam Boehler, directeur exécutif de la Société de financement du développement international des États-Unis, Roc Hersov, fondateur de la plateforme « Invest Africa », Uche Orji, directeur général du fonds souverain nigérian NSIA, et Shola David Borha, directrice générale pour l’Afrique de la Standard Charted Bank étaient entre autres, les co-animateurs de ces échanges.

Alors que le président de la BAD appelait les investisseurs à saisir les multiples opportunités qu’offre le continent, Roc Hersov lui a répondu que c’est le manque de confiance qui refroidissait les potentiels investisseurs et les empêcher de se tourner vers le continent : « pour mobiliser les investissements sur le continent africain, tout est question de confiance », a indiqué le fondateur de la plateforme « Invest Africa ». Une position qui est la même que celle de Richard Ingram, directeur exécutif du système de retraite des enseignants de l’Illinois. Pour lui, il ne fait aucun doute que les opérateurs économiques américains sont de plus en plus attirés par l’Afrique mais pour les convaincre d’y investir leur argent, il faudra « lever certains obstacles dans leur perception et d’investir dans des projets où la demande est déjà présente ».

L’idée de la création d’un fonds de co-investissement a été évoquée. « Il nous faut travailler en synergie a insisté », Lerry Knox, directeur exécutif du Groupe des infrastructures souveraines.

S.B.

Laisser un commentaire