Accueil Afrique du Nord Maroc Le Maroc, pilier de la lutte contre la radicalisation de l’islam

Le Maroc, pilier de la lutte contre la radicalisation de l’islam

Le Maroc, pilier de la lutte contre la radicalisation de l’islam

Le Maroc est en train de devenir l’un des principaux pays formateur d’imams. Depuis novembre 2013, il accueille de jeunes imams maliens pour un cycle de formation. Le 12 mai dernier, le roi Mohammed VI a donné le coup d’envoi des travaux de construction de l’institut Mohammed-VI de formation des imams.

Hier, lundi 26 mai, le ministère marocain des Habous et des Affaires islamiques a annoncé par un communiqué que le Maroc allait former les imams nigérians. Le Roi Mohammed VI, en tant que commandeur des croyants a en effet décidé de donner suite à une demande du Nigéria. Formulée par le Cheikh Charif Ibrahim Saleh Hosseini, cette demande émane des plus hautes autorités religieuses nigérianes : il est le président du Conseil islamique nigérian et de l’Instance de l’Iftaa. D’autres pays sont intéressés par une coopération avec le Maroc : la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Gabon, les Maldives, la Tunisie et la Libye ont déjà fait savoir leur intérêt.

Par ailleurs, cette place que le Royaume est en train d’acquérir attire les regards bien au-delà des frontières de l’islam. Selon le chercheur Ismaïl Régragui (Ceri-Sciences Po) le pays déploie "une véritable stratégie de branding, puisqu'il s'agit de créer une véritable marque s'appuyant sur le prestige religieux du roi". Cette stratégie s’ancre dans la lutte contre le terrorisme qui se développe à l’échelle internationale. En effet, former des imams de qualité est un moyen de lutter contre la radicalisation de l’islam. L’implication religieuse du Roi Mohammed VI est saluée de toute part. Barack Obama « apprécie » ce leadership religieux, soulignant la nécessité "d'œuvrer en commun à contrer les risques extrémistes".

L’implication du Maroc dans la formation des imams n’est donc pas qu’une affaire régionale. La coopération religieuse est devenue un outil diplomatique de poids pour le Royaume, qui n’hésite pas à rappeler son héritage commun avec l’islam africain.

Afriquinfos