19 septembre 2002 – 19 septembre 2019 :  Guillaume fait de nouvelles propositions et se repositionne pour 2020

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)-  Ce jeudi 19 septembre, la Côte d’Ivoire se remémore le déclenchement de la rébellion de 2002. A l’occasion des 17 ans de cette insurrection militaire dont il était l’un des leaders, Guillaume Soro, l’ex président de l’Assemblée nationale, a rendu public une déclaration dans laquelle revient sur ce pan douloureux de l’histoire de son pays et se projette dans l’avenir en appelant notamment à un nouveau dialogue politique national.

Guillaume Soro l’ex leader de la rébellion qui a éclaté en Côte d’Ivoire en 2002 a réagi à travers une déclaration intitulée « Appel pour un nouveau dialogue politique en Côte d’Ivoire », en marge du 17ème anniversaire du mouvement insurrectionnel qui a fait basculer le pays des Eléphants dans une période d’instabilité. Celui qui, il y a quelques mois encore, était Président du Parlement a tenu à faire acte de contrition « Je réitère le Pardon sincère que je n’ai cessé de prôner, et j’appelle tous les acteurs et coauteurs qui se reconnaitraient à en faire de même », écrit-il. Pour lui, le 19 septembre ne doit pas être considéré comme « un caprice condamnable d’enfants gâtés portant le glaive dans le sein de la mère patrie », mais comme un fait s’inscrivant « irrémédiablement dans la trajectoire historique d’un pays en quête de légitimité démocratique. Un pays qui, 20 ans après le coup d’état de 1999, 26 ans après la mort du Président

Houphouët-Boigny, 29 ans après le retour officiel du multipartisme, courre encore et toujours après une démocratie consensuelle, inclusive et apaisée. ». Mais force est de constater que malgré tous les efforts consentis, le pays n’est toujours pas parvenu à trouver cette paix, fait savoir Guillaume Soro.

L’imminence de la prochaine élection présidentielle, fait s’interroger celui qui ne cache pas ses ambitions de briguer à la magistrature suprême. « La Côte d’Ivoire s’achemine-t-elle pour autant vers une transition pacifique du pouvoir d’Etat ? », se questionne-t-il ? Aussi propose-t-il aux acteurs politiques ivoiriens de se retrouver pour à nouveau dialoguer. « Le 17ème anniversaire du déclenchement de la crise politique et militaire du 19 septembre 2002 nous donne, désormais, l’opportunité de rappeler à tous, à toute la classe politique, au pouvoir RHDP et en premier lieu au Président de la République, la nécessité de construire et d’approfondir le débat politique. Un débat politique véritablement ouvert et inclusif ouvrira tous les champs possibles pour une vraie Réconciliation nationale, réconciliation des cœurs, des territoires et des acteurs majeurs de la vie publique », écrit l’ancien Premier ministre ivoirien.

Guillaume Soro souhaite qu’à quelques mois de l’année de renouvellement des mandats du Président de la République et des Députés de l’Assemblée nationale, un dialogue inclusif soit ouvert et qu’un consensus soit trouvé sur un  « nouveau Code électoral conforme aux dispositions de la Constitution du 8 novembre 2016 ; une nouvelle Commission électorale indépendante ; le renouvellement de la liste électorale afin que le droit de vote de chaque citoyen ivoirien soit respecté et un nouveau découpage des circonscriptions électorales ».

Son appel sera-t-il entendu ?  C’est le wait and see de tout un peuple.

S.B.