Amina Mohammed soutient le rôle des femmes pour consolider les progrès dans la Corne de l’Afrique

New-York (© 2019 Afriquinfos)- Une fois de plus, la Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Amina J. Mohammed, a fait part ce matin, devant le Conseil de sécurité, de sa confiance et de son optimisme en appelant les dirigeants à donner davantage de responsabilités aux femmes.

« Chaque pays progresse à son propre rythme à travers un processus de réforme et de transformation. Et dans tous les pays, les femmes jouent un rôle de premier plan dans la cohésion sociale, la relance économique et la paix », a déclaré la Vice-Secrétaire générale qui revient d’une troisième visite conjointe avec l’Union africaine (UA) dans la Corne de l’Afrique.

Une idéologie qu’approuve l’Éthiopie où la moitié des ministres sont des femmes. Par ailleurs Addis-Abeba prévoit des réformes de grande ampleur en faveur de l’égalité hommes-femmes. 

En Somalie, où les femmes de la société civile luttent contre la propagation de l’extrémisme violent, les efforts de la communauté internationale doivent se concentrer sur le financement et le soutien aux élections prévues l’an prochain, a poursuivi Mme Mohammed.  Il y a en Somalie « des îlots de stabilité » sur lesquels s’appuyer, mais il faudra davantage de coopération de la part du Gouvernement central et « une feuille de route » pour la justice transitionnelle.

En Érythrée, l’égalité hommes-femmes est une réalité incontestable, s’est félicité la Vice-Secrétaire générale.  En outre, des progrès ont été faits pour améliorer les relations avec les pays voisins.

À Djibouti aussi, des femmes ont lancé des centres communautaires pour prendre en charge les enfants réfugiés et migrants et une loi a été adoptée pour garantir un quota de femmes au Parlement.  Enfin au Soudan, les femmes ont été « le moteur du changement » et réclament l’égalité et leur inclusion à tous les niveaux de la société.

« J’ai vu que la région est l’une des économies à la croissance la plus rapide du continent, avec de riches ressources naturelles, des capacités extraordinaires, en particulier chez les jeunes, et de véritables réformes », a déclaré la Vice-Secrétaire générale.

Cependant, a-t-elle averti, la route de la Corne de l’Afrique reste remplie d’obstacles.  Il faut faire front sur des fondations fragiles, ce qui suppose l’unité de la région pour s’occuper notamment des dizaines de milliers de réfugiés et de personnes déplacées, menacées par la traite des personnes, dans les zones où les conflits continuent de faire rage.

Parlant toujours du rôle des femmes au sein des opérations de paix, qui n’emploient que 4% d’entre elles, Mme Mohammed a souligné les difficultés qu’elles rencontrent avant leur déploiement, puis sur le terrain.  Les femmes se heurtent au harcèlement, « on leur demande de servir le thé ou le café plutôt que de patrouiller dans les communautés » et les outils qui leurs sont fournis ne sont pas adéquats, a-t-elle déploré.

 « Au Soudan, grâce aux efforts de femmes extraordinaires, un nouveau jour se lève et il faut appuyer cet élan », a estimé la Vice-Secrétaire générale.

Elle a appelé la communauté internationale à identifier les mesures à prendre dans les trois prochains mois pour consolider la paix, en particulier dans les domaines du développement et des droits de l’homme, et à envisager « un Plan Marshall pour le Soudan ».

Vignikpo Akpéné    

Laisser un commentaire