Présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire/L’ex Président Bédié craint pour les velléités de modification de la Constitution

Paris (© 2019 Afriquinfos)- La Constitution actuelle de la Côte d’Ivoire n’impose pas d’âge limite pour être candidat à la présidentielle. Mais le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara a, au cours de son message à la nation à l’occasion de l’an 59 de l’indépendance du pays, évoqué une modification de la Constitution. Dans son discours, il a indiqué que si ce changement avait lieu, il ne viserait personne.

S’exprimant sur le sujet lors d’un entretien sur les antennes de la télévision internationale française « France 24» mardi soir, le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire ( PDCI, ex-allié au pouvoir), Henri Konan Bédié a dit craindre « un problème très grave pour la stabilité» de la Côte d’Ivoire en cas de modification de la constitution ivoirienne portant sur la limitation à 75 ans de l’âge des candidats pour la présidentielle de 2020.

Cette réponse de M.Bédié a fait suite à une question du journaliste qui a dit : « selon nos informations, le gouvernement veut fixer l’âge limite pour être candidat à la présidentielle à 75 ans, ce qui vous éliminerait mais également M. Ouattara et Gbagbo, pensez-vous que c’est une hypothèse plausible ? ».

« Je crains que ce soit là-même un problème très grave pour la stabilité du pays, ce changement, ce tripatouillage de la Constitution serait contraire à la Constitution elle-même puisqu’elle vient d’être votée (en 2016) il n’y a pas longtemps », a déclaré M. Bédié.  

Arborant dans le sens de sa rencontre avec l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo à Bruxelles, le leader du Pdci, a fait savoir que l’ex-président et lui ont « décidé de travailler ensemble ». Et ce, en vue des prochaines joutes électorales en Côte d’Ivoire. 

Alors que le Pdci rejette la désignation d’un représentant à la Commission électorale indépendante (CEI) dont il réfute la nouvelle mouture, le président statutaire du Front populaire ivoirien (Fpi), Affi Nguessan, désire intégrer l’institution après des discussions avec le gouvernement. 

Pour le Pdci, « le gouvernement a commencé les discussions avec tous les partis politiques sans donner les termes de référence, (et) a décidé d’un passage en force (c’est pourquoi) et il a choisi parmi les partis politiques et les mouvements de la société civile ceux qui lui étaient favorables ». 

Le Pdci s’est séparé du parti unifié Rhdp (Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix), la coalition au pouvoir. M. Bédié  a expliqué que le parti de M. Alassane Ouattara a refusé l’alternance et n’a « pas tenu tous les autres engagements que stipulaient » leur accord.

M. Bédié qui a créé une plate-forme non idéologue regroupant 24 partis de l’opposition dont le FPI, le parti fondé par  M. Gbagbo, veut avec l’ensemble de ces forces vives reconquérir le pouvoir d’Etat lors de la présidentielle d’octobre 2020. 

Par ailleurs, le Fpi et le Pdci annoncent un meeting conjoint prévu samedi prochain dans le sud d’Abidjan.

Vignikpo Akpéné

Laisser un commentaire