Trois ans qu’aucun cas de poliovirus sauvage n’ait plus été détecté sur le continent

Brazzaville (© 2019 Afriquinfos)-Après trois années d’absence  de la poliomyélite sauvage en Afrique, la Commission régionale africaine de certification de l’OMS peut entamer un processus d’évaluation complet par pour déterminer si l’ensemble de la région africaine, qui compte 47 pays, peut effectivement être déclarée comme ayant éradiqué le poliovirus sauvage. La certification que la Région africaine de l’OMS est exempte de poliomyélite sauvage est attendue au début de 2020.

« Nous sommes persuadés que nous allons bientôt annoncer les mérites de la certification que les pays ont, une fois pour toutes, chassé la polio de l’Afrique », a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

Si le processus d’évaluation prouve que le virus sauvage a disparu, l’Afrique se joindra à quatre des régions de l’OMS – les Amériques, le Pacifique occidental, l’Europe et l’Asie du Sud-Est – pour tenir cette distinction. Seule la région de la Méditerranée orientale de l’OMS continuera à travailler pour stopper le virus.

Le Dr Moeti a salué la résilience du continent et de son engagement ferme à stopper le virus en surmontant les défis difficiles. « La voie de l’éradication de la poliomyélite en Afrique a été un effort monumental de coordination multinationale à une échelle sans précédent, permettant à vacciner des centaines de millions d’enfants et à mener des campagnes de vaccination dans certaines des régions les plus reculées du monde, avec vigilance et surveillance exhaustive pour détecter à temps les épidémies, notamment chez les personnes en déplacement », a-t-elle dit. « Des hommes et des femmes se sont portés volontaires par milliers, se mettant parfois en danger, certains ayant même sacrifié leur vie pour ce travail. »

Elle a également noté que « ces succès n’auraient pas été possibles sans l’incroyable persévérance des pays et des partenaires de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite qui ont mobilisé les ressources financières et techniques nécessaires pour mener à bien cette tâche ».

Il sera essentiel de vacciner absolument tous les enfants et de renforcer la surveillance et la vaccination de routine dans toute la région pour maintenir les progrès contre la polio sauvage et d’autres souches.

Pour rappel, le dernier cas de poliomyélite sauvage a été détecté le 21 août 2016 au Nigéria.

Xavier-Gilles CARDOZZO

Laisser un commentaire