Somalie : L’UA déterminé à lutter contre les shebab

Mogadiscio (© 2019 Afriquinfos)- Dans le but de libérer les régions encore aux mains du groupe terroriste al-Shebab, la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) et les forces de sécurité somaliennes ont décidé d’intensifier leurs opérations militaires conjointes.

D’après Francisco Madeira, chef de l’ANISOM qui a fait ces affirmations lors d’un dîner de l’Aïd el-Adha (ou Aïd el-Kébir) organisé pour la communauté musulmane de Mogadiscio,  il est important de fournir des troupes pour la sécurisation de la Somalie, poursuivant, l’envoyé de l’Union Africaine a souligné que le pays a besoin de forces bien entraînées pour être en mesure de contrôler les territoires libérés.

La détermination de l’AMISOM et du gouvernement somalien à vaincre le groupe al-Shebab demeure inébranlable, a-t-il dit. Il s’est par cette même occasion réjoui de la libération récente d’Awdheegle, une ville riche en agriculture située à 70 km à l’ouest de Mogadiscio, et qui était depuis des années une base où les shebab s’étaient rassemblés pour planifier et lancer leurs opérations.

«Cette mission réussie est une nouvelle démonstration des capacités croissantes des forces de sécurité somaliennes et une preuve supplémentaire que, dans les bonnes conditions, l’Armée nationale somalienne (SNA) est capable de mener à bien des opérations antiterroristes et d’assumer la responsabilité de la sécurité de son pays », avait déclaré, en outre, M. Madeira dans un communiqué publié à Mogadiscio, suite à cette victoire. Il a par ailleurs félicité lundi dernier le Gouvernement somalien de considérer la fourniture de troupes comme une priorité, soulignant que ce sont les bataillons de l’Armée nationale somalienne (SNA) qui maintiennent l’ordre dans les territoires libérés. Il a ajouté que l’AMISOM continuerait de soutenir le renforcement des forces de sécurité somaliennes suite au succès récent des opérations militaires conjointes.

Dans une récente déclaration, Francisco Madeira avait indiqué que l’AMISOM continuait de mener ses opérations en pleine conformité avec ses obligations vis-à-vis du droit international humanitaire, des droits de l’Homme et de la politique de diligence voulue en matière de droits de l’Homme de l’ONU (HRDDP).

V.A.