Rabat (© 2019 Afriquinfos)- Fouzi Lekjaa, le Président de la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF), n’a plus à se soucier de l’accusation d’agression d’un arbitre qui pesait sur lui. La Confédération Africaine de Football (CAF), l’a innocenté indiquant que les « preuves présentées étaient insuffisantes pour prouver la culpabilité » du dirigeant sportif.     

C’est la Fédération Ethiopienne de Football qui dans une plainte déposée à la CAF, accusait, Fouzi Lekjaa, le Président de la FRMF, d’avoir agressé l’arbitre éthiopien Bamlak Tessema lors de la finale de la Coupe de la Confédération 2018-2019 qui opposait le Zamalek à Renaissance sportive de Berkane, club dont il est président d’honneur. Dans la lettre envoyée par la partie éthiopienne à la Commission de Discipline de la CAF, il est précisé que « Lekjaa est descendu sur la pelouse pour contester les décisions de l’arbitre éthiopien, Bamlak Tessema, avant de lui donner un coup de tête violent à l’issue de la rencontre ». Et d’ajouter que « plusieurs joueurs du Zamalek étaient témoins de cette scène ».

Après avoir statuer sur ce dossier, le CAF ne voit pas les choses de la même manière. L’instance laisse entendre que les « informations autour de cette agression sont très vagues ». De plus ajoute-elle « les noms des joueurs du Zamalek prétendument témoins de l’agression ne sont pas mentionnés ». Aussi face à cette ambigüité, la CAF a décidé « d’innocenter Lekjaa étant donné que les preuves présentées étaient insuffisantes pour prouver sa culpabilité ». Le Président de la FRMF récemment élu 2ème vice-président de la CAF, peut donc continuer à vaquer librement à ses occupations sportives.

Boniface T.

Laisser un commentaire