L’UA élève de nouveau la voix dans le chaos libyen, Paris dément y avoir violé l’embargo sur les armes

Tripoli (© 2019 Afriquinfos)- Lors du Sommet UA qui s’est achevé à Niamey lundi dernier, le dossier libyen y avait été âprement discuté lors d’une réunion à huit clos. Le Comité de haut niveau de l’Union a notamment déploré des ingérences extérieures dans le conflit libyen. Dans la foulée, la découverte de missiles de provenance française dans l’arsenal du Général Haftar est venue accréditer ces accusations que Paris nie en bloc.

Un embargo de l’ONU sur les armes pèse sur la Libye depuis 2011 et a été renouvelé en juin dernier par les 15 membres du Conseil de Sécurité. Mais force est de constater que depuis le lancement en avril 2019 de l’offensive du Général Haftar pour s’emparer de Tripoli, plusieurs arrivages d’armes ont été constatés. Le Comité d’experts de l’ONU chargé de contrôler l’embargo, suite à des enquêtes a notamment révélé la présence dans les deux camps de matériels de fabrication turque et Jordanienne. L’implication des Emirats arabes unis et la France avaient également été notée.

Récemment, quatre missiles anti chars françaises, ont été découvertes dans une des bases du Général Khalifa Haftar. La France qui a toujours nié fournir des armes aux rebelles, n’en démords pas. A en croire les ministères français des armées, les missiles qui se sont retrouvés dans le sud de Tripoli étaient inutilisables et destinés à la destruction. De là, à savoir comment ils se sont retrouvés dans les mains des forces fidèles à Haftar, Paris n’en sait rien.   

Cette situation préoccupe au plus haut point, les Chefs d’Etats africains. Réunis à Niamey pour leur 33ème Sommet, ils ont déploré les ingérences extérieures qui « compromettre les efforts déployés pour asseoir un cessez-le-feu permanent et inconditionnel, comme condition indispensable au dialogue et à une solution inclusive libyo-libyenne ». La nomination d’un envoyé spécial conjoint de l’UA et des Nations unies en vue de renforcer la coordination des efforts des deux organisations, sur la base d’une feuille de route unique, a été en outre proposé par le Comité de Haut Niveau de l’UA.   

Les combats entre les forces loyales au gouvernement d’Union nationale et celles du Général Haftar pour le contrôle de Tripoli, durent depuis avril et auraient déjà fait plus d’un millier de morts selon l’ONU.

Boniface T.