Accueil Afrique du Nord Maroc : de janvier à septembre, 68 000 tentatives d’immigration clandestine mises en échec

Maroc : de janvier à septembre, 68 000 tentatives d’immigration clandestine mises en échec

Maroc : de janvier à septembre, 68 000 tentatives d’immigration clandestine mises en échec

Rabat  (© 2018 Afriquinfos)-  La 3ème édition du Africa Security Forum a démarré ce jeudi 22 septembre à Rabat. Occasion pour les autorités sécuritaires du Royaume de faire le point sur la gouvernance migratoire du pays, la sécurité et la lutte contre l’immigration clandestine.

C’est le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Noureddine Boutayeb, qui ce jeudi, s’est exprimé à l’ouverture du 3ème Africa Security Forum. Les participants, une cinq-centaine venus de 40 pays d’Afrique et d’ailleurs, planchent sur les questions de sécurité et défense et définiront une stratégie commune au Continent pour mettre hors d’état de nuire, les réseaux criminels et autres terroristes. Dans son intervention, le ministre marocain a partagé l’expérience locale et décliné les chiffres qui l’illustre.

Ainsi on, apprend que rien que cette année, de janvier à fin septembre 2018, la Maroc a mis en échec environ 68 000 tentatives d’immigration clandestines et démanteler 122 réseaux criminels actifs dans ce trafic. Remontant plus loin, Noureddine Boutayeb précise que depuis 2002, plus de 3.300 réseaux criminels ont été mis hors d’état de nuire ; quelque 2.000 embarcations de transport d’immigrants clandestins ont été saisies ; 185 structures terroristes  et plus de 3000 personnes ont été arrêtées en lien avec l’immigration irrégulière, le terrorisme, la criminalité transnationale et les attaques cybernétiques.

Pour parvenir à ces résultats, le Royaume a mis en place une stratégie globale impliquant divers acteurs de la chaîne de sécurité. Une formule qui sera partagée avec les autres pays participants à l’Africa Forum Security. Une assise placée sous le thème « redéfinir les axes de la coopération internationale face aux menaces du 21e siècle » et qui servira à mobiliser et fédérer les compétences à l’échelle continentale pour lutter plus efficacement contre les diverses formes de criminalité.

B.S.