Accueil Afrique de l'Ouest Burkina-Faso : une statue de 5 m pour commémorer les 31 ans de décès du « camarade Sankara »

Burkina-Faso : une statue de 5 m pour commémorer les 31 ans de décès du « camarade Sankara »

Burkina-Faso : une statue de 5 m pour commémorer les 31 ans de décès du « camarade Sankara »

Ouagadougou (© 2018 Afriquinfos)- Au nombre des nombreuses manifestations pour commémorer les 31 ans d’assassinat du « Père de la révolution burkinabé », une cérémonie de pose de la première pierre d’un monument s’est tenue ce lundi 15 octobre à Ouagadougou.

Un monument à la gloire de Thomas Sankara sera érigé dans la capitale burkinabé. Ainsi en ont décidé les autorités du pays qui ont participé ce lundi à la cérémonie de pose de la première pierre du monument qui sera surplombé par une statue de 5 m de haut de haut, un bronze en ronde bosse. 31 ans après son souvenir reste toujours aussi ardent dans le cœur de nombre de ses compatriotes et d’Africains. « En ce 15 octobre 2018, la mémoire du président Thomas Sankara reste vivace à travers le monde. Son sacrifice pour l’émancipation et la dignité du peuple burkinabè ne sera pas vain. Je réitère mon engagement à oeuvrer pour l’aboutissement de la justice dans le dossier de son assassinat », a twitté le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré.

L’œuvre sera érigée sur une superficie de quatre hectares au siège du Conseil national de la révolution, où le président Sankara a été tué par un commando le 15 octobre 1987 à 37 ans lors du coup qui porta au pouvoir son compagnon d’armes, Blaise Compaoré. Sur chacune des quatre faces du socle en béton de trois mètres de haut figureront trois bustes des douze camarades tués en même temps que le capitaine Sankara, a expliqué un des concepteurs du monument, Jean-Luc Aristide Bambara.

Ces dernières années, le dossier sur l’assassinat  de Thomas Sankara a connu des avancées. Une enquête judiciaire a été ouverte au Burkina-Faso tandis qu’en France, une commission rogatoire a été mise en place, un juge nommé et la levée du secret-défense concernant les archives sur l’assassinat promise par le président Emmanuel Macron. La vérité sur les circonstances de son assassinat est toujours attendue par ses proches et tout un continent.

S.B.