Nigeria: Des réactions mitigées provoquées par la création d’une nouvelle compagnie aérienne...

Nigeria: Des réactions mitigées provoquées par la création d’une nouvelle compagnie aérienne Nigeria Air

SHARE

Lagos (© 2018 Afriquinfos)- Des réactions très mitigées ont été provoquées au Nigeria à l’issue de la récente annonce concernant la création d’une nouvelle compagnie aérienne nationale, Nigeria Air d’ici la fin de l’année.

Selon le ministre nigérian de l’aviation, Hadi Sirika  qui a donné l’information lors d’une conférence de presse au Salon international de l’aéronautique de Farnborough mercredi dernier, Abuja avait « une responsabilité morale et sociale de créer un nouveau transporteur aérien ».

Depuis la fermeture de Nigeria Airways en 2003, compagnie criblée de dettes qui a fini par succomber à ses difficultés financières, le pays est sans compagnie aérienne nationale.

Ce changement était attendu depuis longtemps, a estimé de son côté Supo Atobatele, rédacteur en chef d’Air Transport Quarterly et ancien porte-parole de l’Agence nigériane de gestion de l’espace aérien.  « Une compagnie aérienne battant notre pavillon à travers le monde renforcera l’image internationale de notre pays », a-t-il déclaré à l’AFP.

Au Nigeria, cette nouvelle décision ne fait pas l’unanimité au sein de la population, vu le bilan peu enviable du Nigeria dans le domaine de l’aviation.

Elles sont plus de 40 compagnies aériennes, dont Nigeria Airways (qui s’est effondrée sous le poids de la dette en 2003) à avoir fait faillite dans le pays au cours des 30 dernières années.

D’après les syndicats, jusqu’à ce jour, nombreux sont les anciens employés qui n’ont toujours pas été rémunérés et n’ont toujours pas leurs pensions.

Le nouveau transporteur selon M. Atobatele, doit être à l’abri d’interférences politiques pour survivre, a-t-il fait savoir en soulignant que « la principale raison pour laquelle Nigeria Airways a échoué est qu’il s’agissait d’un service social et non d’une entreprise. Nigeria Air ne devrait pas subir le même sort », a-t-il ajouté.

De son côté, Olayinka, Abioye secrétaire général du Syndicat national des employés du transport aérien, est préoccupé par l’utilisation des fonds publics pour financer la nouvelle compagnie aérienne.

« Qu’adviendra-t-il du sort des compagnies aériennes nationales qui se sont vu attribuer les routes de la défunte Nigeria Airways », a-t-il ajouté. « Seront-elles exclues de ces routes lorsque le nouveau transporteur national entrera en service ? »

Pour Abolaji Odumesi, fréquent voyageur de Lagos, il n’est cependant pas nécessaire de lancer une nouvelle compagnie aérienne.

« Nous aurions dû ressusciter Arik Air et Aero Contractors pour former le noyau de Nigeria Air puisqu’ils ont été repris par le gouvernement en raison de leurs énormes dettes « , a-t-il ajouté.

Pour d’autres, le Nigeria, pays où seule une infime minorité a bénéficié des milliards de dollars générés par la production pétrolière, et dans lequel la corruption et la mauvaise gestion ont laissé les services publics en lambeaux et les infrastructures inadéquates, a plus urgent à résoudre.

L’ancien ministre de l’éducation Oby Ezekwesili a déclaré qu’une compagnie aérienne nationale était « clairement une mauvaise priorité » et un « gaspillage » d’argent qui pourrait être mieux dépensé ailleurs.

Pays de l’Afrique de l’Ouest, le Nigeria regorge plus de 180 millions d’habitants avec quelque 86,9 millions vivant aujourd’hui dans l’extrême pauvreté.

Pour rappel, le président Buhari, avait fait de la relance d’une compagnie nationale aérienne une promesse de campagne en 2015.

I.N.