Sénégal : le rêve présidentiel de Karim Wade compromis, sinon menacé rejetée

Sénégal : le rêve présidentiel de Karim Wade compromis, sinon menacé rejetée

SHARE
© AFP. Le fils de l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, Karim Wade, le 13 avril 2013 à Dakar"/>

Dakar (© 2018 Afriquinfos)- Karim Wade, le fils de l’ex-chef d’Etat sénégalais Abdoulaye Wade ne sera pas candidat au scrutin présidentiel de 2019.  La Direction générale des élections (DGE)  a rejeté sa candidature.

Selon les responsables de la DGE, qui ont annoncé la nouvelle lors d’une conférence de presse lundi dernier,  ce rejet a été décidé d’application de l’article L31 du code électoral, qui stipule qu’aux termes de cet article, toute personne ayant fait l’objet d’une peine d’emprisonnement de cinq ans ou plus, n’est pas du tout autorisé à s’inscrire sur une liste électorale.

Toutefois, Karim Wade a la possibilité de saisir la justice pour contester la décision du rejet de sa candidature, a indiqué la DGE. A cet effet, il dispose d’un délai de 15 jours à compte de la notification de ladite décision de rejet.

Au Parti démocratique sénégalais (PDS) dont Karim Wade est le candidat, l’on s’insurge tout en annonçant la saisine dans les plus brefs délais de la Cour d’appel de Dakar pour contestation. Seule cette Cour, peut définitivement trancher sur si oui ou non l’unique candidat du PDS pourra être présidentiable. Au cas où ce sera un ‘’non’’, le fils de l’ancien président sera effectivement exclu de la course à la prochaine présidentielle, car selon les récentes dispositions du code électoral, pour être éligible à la présidentielle, il faut d’abord être électeur. Mais une amnistie pourrait venir à sa rescousse.

Actuellement en exil au Qatar, Karim Wade, a été condamné en mars 2015 par la Cour de répression à six ans d’emprisonnement ferme pour avoir été reconnu coupable d’enrichissement illicite. La sentence, doublée d’une amende d’au moins 200 millions d’euros, avait provoqué des indignations chez des millions de Sénégalais. En juin 2016, Wade-fils, a bénéficié d’une grâce du président Macky Sall. Ce qui lui a permis de quitter la prison, pour le Qatar.