Niger: début du procès des membres présumés de Boko Haram à Diffa...

Niger: début du procès des membres présumés de Boko Haram à Diffa (sud-est)

SHARE
© Youtube. Membre du Boko Haram"/>

DJIFFA (© 2018 Afriquinfos) –  Ce mardi,  a démarré le procès de plusieurs membres présumés du groupe terroriste Boko Haram au Tribunal de grande instance de Diffa (extrême sud-est, frontalier du Nigeria), pour motif « d’association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste », ont annoncé ce mercredi de sources judiciaires.

Ils seront  au nombre d’un millier de prévenus soupçonnés d’être djihadistes de la secte Boko Haram qui auront à être jugés, pour la première fois, dans un procès délocalisé de la capitale à Diffa, région d’origine des accusés.

Cette Première audience a concerné une quinzaine de personnes impliquées dans huit dossiers, selon le procureur de la République Chaibou Samna.

Selon le président de la haute Autorité à la Consolidation de la Paix, initiateur de ces séances foraines, M. Abou Tarka, l’objectif visé en délocalisant le procès est de « faire le jugement en face de la population la plus affectée ». « Nous voulons également préparer le terrain, parce que, comme vous le savez, tôt ou tard, les repentis de Boko Haram qui ont fait amende honorable vont être libérés et réintégrés dans leurs communautés », a-t-il fait savoir.

Depuis trois ans, le groupe terroriste Boko Haram mène, des attaques à répétition à partir de ses positions nigérianes contre des localités de la région nigérienne de Diffa notamment frontalières du Nigeria. Des centaines de victimes civiles et militaires nigériens et des milliers de déplacés du Niger et du Nigéria, ont perdu leur vie dans ces attaques-ci.

La dernière attaque remonte au week-end dernier et a visé deux positions des Forces armées nigériennes à Bilabrim dans le département de Nguigmi, dans la région de Diffa, faisant dix soldats tués et quatre autres portés disparus, selon la source officielle.

Il faut rappeler que le procès avait démarré au mois de mars dernier à Niamey.

Xavier-Gilles CARDOZZO