Home Afrique Centrale RCA : l’ONU met en garde contre les discours de haine visant à manipuler la population

RCA : l’ONU met en garde contre les discours de haine visant à manipuler la population

RCA : l’ONU met en garde contre les discours de haine visant à manipuler la population

Genève (© 2018 Afriquinfos)-Le Conseil des droits de l’homme a été saisi, ce mercredi à Genève, d’un compte rendu oral de l’Experte indépendante sur la situation des droits de l’homme en République centrafricaine (RCA).

L’exposé de l’experte fut consacré à l’assistance technique et au renforcement des capacités dans le domaine des droits de l’homme en RCA.

Malgré des progrès dans les réformes institutionnelles depuis le début de l’année, la situation sécuritaire et politique s’est fortement détériorée en Centrafrique, a déclaré Marie-Thérèse Keita Bocoum. Selon l’Experte indépendante, cette situation affecte gravement la population, dont le sentiment d’insécurité et la perte de confiance dans les acteurs de la protection s’accroissent.

Mme Keita Bocoum a également souligné que la situation humanitaire connaît la même détérioration, avec un nombre croissant d’attaques contre les travailleurs humanitaires et leurs équipements et contre les Casques bleus. L’État a certes fait des efforts pour protéger la population, en déployant l’administration et les forces de sécurité nationales dans quelques régions, mais il reste fragilisé par les abus continus des groupes armés. Par ailleurs, les lieux de culte sont également attaqués, comme le montre l’assassinat de l’abbé Firmin Gbagoua par des hommes armés dans la localité de Bambari.

« Toutes les victimes que j’ai rencontrées m’ont partagé leur traumatisme renouvelé depuis les événements à Bangui en avril et mai », a-t-elle ajouté tout en rappelant « la régression de la situation à Bambari » et les témoignages « des victimes à Bangassou qui réclament des activités économiques et sociales de base, la sécurité et la liberté de mouvement ».

L’Experte indépendante onusienne s’est de nouveau dit préoccupée par les « nombreux discours de haine et d’incitation à la violence visant à manipuler la population. « Sur ce point, j’exprime ma satisfaction au gouvernement assisté par la MINUSCA pour l’adoption du Plan national de prévention de l’incitation à la haine et à la violence », a-t-elle précisé.

Mme Keita-Bocoum a ainsi rappelé le rôle d’une communication appropriée dans ce contexte de crise qui est « fondamentale pour présenter en toute transparence les efforts du gouvernement centrafricain et de ses partenaires en faveur de la population ». Dans ce contexte, l’Experte indépendante appelle les autorités centrafricaines et la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) à protéger efficacement la population et à lutter contre les discours de haine.