Accueil Afrique de l'Ouest Le président Ghanéen interdit à ses ministres et hauts fonctionnaires de voyager

Le président Ghanéen interdit à ses ministres et hauts fonctionnaires de voyager

Le président Ghanéen interdit à ses ministres et hauts fonctionnaires de voyager

Accra  (© 2018 Afriquinfos) – Au Ghana, les membres du gouvernement et tous les responsables publics sont interdits de voyages à l’étranger jusqu’à nouvel ordre. La mesure a été annoncée par le chef de l’Etat Nana Akufo-Addo, sans aucune raison officielle.   Toutefois, la décision peut bien être justifiée dans le cadre de la lutte contre la corruption que mène le président ghanéen.

« Le président de la République a ordonné que tous les voyages à l’étranger par les ministres, les ministres délégués les MMDCE [Dirigeants en chef des régions métropolitaines, municipales et de district, ndlr] et les responsables des agences gouvernementales soient temporairement suspendus avec effet immédiat ». C’est par cette note que Akosua Frema Osei-Opare, chef du staff de la Jubilee House, le palais présidentiel ghanéen, a annoncé la directive du président Nana Akufo-Addo interdisant de voyage à l’étranger les ministres et hauts fonctions de l’Administration publique ghanéenne. Une note transmise aux intéressés le 21 juin dernier.

D’après la même source, seule la ministre des Affaires étrangères et de l’Intégration régionale, Shirley Ayorkor Botchwey, est exemptée de cette directive.

Pour l’heure, aucun justificatif n’a été avancé à cette nouvelle loi qui frappe les ministres et hauts responsables ghanéen. Toutefois, la présidence de la République se veut rassurante.

« Les directives en ce qui concerne des voyages étrangers futurs visant à la minimisation de la perturbation aux travaux domestiques du gouvernement vous seront communiquées bientôt », précise la note, demandant aux intéressés d’accuser réception et de strictement s’y conformer.

Cette directive fait suite au limogeage de quatre hauts fonctionnaires soupçonnés de corruption.

En 2017, le président ghanéen avait clairement signifié à ses ministres de ne plus acheter de nouveaux véhicules. Une interdiction formelle qui visait à réduire les dépenses de l’Etat, après une scabreuse affaire de 200 véhicules volés, qui avait suscité une vive polémique juste après le départ de son prédécesseur John Dramani Mahama.

A son arrivée au pouvoir Nana Akufo-Addo a décidé de s’attaquer dès sa prise de fonctions à la corruption. Selon lui, ce fléau est auquel, à l’origine des problèmes économiques dont peu souffrir le Ghana.

Innocente Nice