Lutte contre le terrorisme : Trump salue le rôle du Nigeria

Lutte contre le terrorisme : Trump salue le rôle du Nigeria

SHARE
© AFP/Archives Pius Utomi Ekpei. Muhammadu Buhari le 6 avril 2011 à Lagos"/>

Washington (© 2018 Afriquinfos)-Outre la signature de plusieurs contrats, Donald Trump a affiché lundi sa volonté de travailler en étroite collaboration avec le Nigeria dans la lutte anti-terroriste.

Louant son excellente relation avec le président Buhari, qui briguera un nouveau mandat en 2019, le président américain a relevé ses efforts dans la lutte contre la corruption à la tête de la “plus grande démocratie d’Afrique”.

Mais il a surtout salué son “leadership” dans la lutte contre le terrorisme. “Le Nigeria a été un des premiers pays africains à rejoindre la coalition pour vaincre le groupe Etat islamique et les forces nigérianes mènent les efforts régionaux contre l’EI en Afrique de l’Ouest”, a-t-il souligné, mentionnant aussi la lutte contre Boko Haram “un autre groupe jihadiste impitoyable”.

Le Nigeria entre dans sa 9e année de lutte contre Boko Haram, qui a dévasté le nord-est du pays. Le conflit a fait plus de 20.000 morts et des centaines de milliers de déplacés.

« Nous travaillons sur un très gros accord portant sur de l’équipement militaire », a souligné M. Trump évoquant en particulier des ventes d’hélicoptères.

Le locataire de la Maison Blanche a également affiché sa volonté d’aborder la question des chrétiens “tués, assassinés” au Nigeria. “Nous allons travailler sur ce problème, car nous ne pouvons accepter une telle situation”, a-t-il lancé.

Le centre du pays, point de rencontre entre un Nord majoritairement musulman et un Sud principalement chrétien, est régulièrement le théâtre de vives tensions intercommunautaires. La région connaît depuis des mois un regain de tensions entre agriculteurs chrétiens et éleveurs nomades musulmans.

Muhammadu Buhari est devenu, en 2015, le premier dirigeant nigérian d’opposition à battre un président sortant au cours d’une élection considérée comme libre et légitime.

Les relations entre l’Afrique et Donald Trump ont été durablement marquées par les propos de ce dernier qui avait évoqué, selon des participants à une réunion en sa présence à la Maison Blanche, des “pays de merde” à propos de Haïti et des pays africains.

Interrogé sur cet épisode qui avait suscité de vives protestations sur le continent, M. Buhari a préféré rester à l‘écart de la polémique. “Je ne suis pas certain de l’exactitude de ces propos, le mieux pour moi est donc de me taire”, a-t-il simplement répondu.

V.A.